Léger recul des défaillances d’entreprises

Par |

En dépit d’un contexte social tendu, sur fond de crise des « Gilets jaunes », les défaillances d’entreprises se sont légèrement repliées en début d’année, selon les derniers chiffres de la société Altares. Eclairage

C’était plutôt inattendu : au cours des trois premiers mois de l’année, 14 146 procédures collectives ont été ouvertes, soit une baisse de 1,1 % par rapport à la même période de 2018. Dans le détail, au premier trimestre 2019, 4 050 redressements judiciaires ont été prononcés par les tribunaux, relève Altares, société spécialisée dans l’information aux entreprises. Elle précise que le nombre de liquidations judiciaires ne recule que faiblement pour atteindre près de 9 840 jugements, soit – 1,3 % par rapport à la même période de 2018. Cette légère diminution s’explique par « une meilleure résistance des sociétés faisant l’objet d’un plan de sauvegarde ou de redressement » . En effet, plus de 610 liquidations ont été prononcées sur résolution du plan au cours de la période, contre 740 un an plus tôt. Quant aux procédures de sauvegarde, encore peu nombreuses, elles reculent de 10,6 % pour atteindre le nombre de 252. Les TPE de moins de 10 salariés toujours les plus en souffrance Représentant près de 94 % des défaillances, les TPE de moins de 10 salariés sont les plus impactées par la conjoncture économique, peu favorable. Selon Altares, la sinistralité des TPE s’est stabilisée à moins de 13 400 procédures. A contrario, la tendance s’améliore du côté des PME de 10 à 49 salariés, dont le nombre de défaillances diminue nettement (- 12 %) pour atteindre 708, soit une centaine de moins qu’un an plus tôt. Toutefois, ce chiffre encourageant ne doit pas occulter la réalité, marquée par une forte augmentation des liquidations judiciaires directes de PME de 10 à 19 salariés (278, contre 264 en 2018). La situation est identique pour les PME de 50 salariés et plus. « La relative stabilité du nombre de procédures masque une accélération des liquidations judiciaires directes », souligne Thierry Millon, directeur des...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité