Loi Pacte : ces entreprises pionnières de la « raison d’être »

Par |

Possibilité prévue dans la loi Pacte, la « raison d’être » d’une entreprise peut avoir des conséquences concrètes qui engendrent renoncements et effets bénéfiques. Témoignage de pionniers, au récent salon Produrable à Paris.

La loi Pacte, adoptée le 11 avril dernier, a intégré dans les textes un thème toujours plus présent dans le débat public : au-delà de l’économie, quel est le rôle des entreprises dans la société ? Quelle est leur « raison d’être » ? Le 10 avril dernier, à Paris, trois pionniers ont illustré comment la « raison d’être » peut se matérialiser dans une entreprise, lors de la table ronde « Marques et raison d’être » du salon Produrable, dédié à l’économie durable. Chargée « d’inventer de nouvelles idées » chez Danone, Anne Thévenet-Abitbol a raconté comment l’entreprise est allée jusqu’à créer une marque, sur la base d’une raison d’être. Danone du monde est « une vision du monde, une posture », explique Anne Thévenet-Abitbol. A l’origine il s’agit d’une indignation de la jeune femme qui, un matin d’avril 2014, « entend des horreurs sur les migrants » à la radio. « Je me suis demandé : ‘ Qu’est-ce que je peux faire pour que les gens soient plus ouverts ? ’ Donc, j’ai voulu lancer une gamme sur les yaourts du monde, utiliser le yaourt comme vecteur d’échange entre les cultures », expose Anne Thévenet-Abitbol. Cela lui a pris quatre ans pour convaincre sa direction, tester des produits et trouver un modèle économique. « On rationalise », commente la jeune femme. Résultat, une gamme de six yaourts a vu le jour, inspirée de différents pays, avec le Lassi à l’indienne, ou le Skyr inspiré d’Islande, très protéiné et sans matières grasses. Pour fabriquer celui-là, il a fallu investir dans une machine. Mais commercialement, l’opération s’est avérée fructueuse : le produit est adoubé par les femmes au régime… La « raison d’être » n’entre pas toujours forcément dans la case rentabilité : un partenariat avec l’association de femmes de banlieues Meet My Mama, traiteurs du monde, a tourné court. L’organisation de soirées avec des dîners à thème, selon les pays, est restée éphémère. « Nous...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité