Montpellier : dispositif de sécurisation des commerces du centre-ville, les précisions d’André Deljarry

Par |
cci-montpellier-dispositif-gilets-jaunes

Jeudi 14 février, la CCI de l'Hérault a précisé, en conférence de presse, son dispositif de sécurisation des commerces de l'Ecusson pour le samedi 16 février. 135 agents de sécurité de la société Nicollin seront présents sur les pas de portes, pour apporter une présence symbolique forte et rassurer les commerçants et la clientèle.

De nombreux commerçants et présidents d’association étaient présents pour cette conférence de presse visiblement très attendue. Devant ce véritable « état d’urgence économique et commercial », André Deljarry, qui travaille sur ce nouveau dispositif avec le préfet et les acteurs économiques depuis début janvier, martèle le caractère urgent de cette action inédite face à la persistance du mouvement des gilets jaunes et aux violences qui l’accompagnent. Trois réunions en préfecture ont été nécessaires pour baliser juridiquement ce dispositif et le mettre en place afin de « sauver le commerce de centre-ville ». « Nous assistons à une lente asphyxie du commerce depuis le 17 novembre, avec une montée de la violence ces dernières semaines. Il faut réagir ! » a indiqué le président de la chambre consulaire.

La solidarité de la CCI envers les commerçants

« Nous devions exprimer la solidarité de la CCI Hérault aux commerçants privés d’exercer leur activité, pour certains depuis 13 semaines ». André Deljarry a rappelé le poids économique du commerce de centre-ville : plus de 1.000 commerces dont 70% d’indépendants qui doivent faire face à une « situation de plus en plus intolérable. Ce sont des femmes et des hommes qui ont tout misé sur ces activités de proximité et qui accusent une baisse de 40 à 50% du chiffre d’affaires le samedi, jour traditionnel du shopping ». L’impact sur l’emploi est aussi important : 2.000 salariés seraient déclarés en chômage partiel.

André Deljarry note aussi que face à la recrudescence des violences enregistrées depuis quelques semaines par des casseurs bien identifiés la clientèle risque de se détourner vers les commerces de périphérie.

« On peut comprendre le mouvement des gilets jaunes, mais on ne peut comprendre le blocage économique » qui en découle, a-t-il répété. « Ce n’est pas acceptable… la CCI passe à l’action ».

135 agents de sécurité

Concernant ce dispositif inédit, 135 agents de sécurité seront déployés samedi entre 12h30 et 19h30, heure de fermeture des commerces de détail. L’objectif : apaiser les commerçants et assurer une présence sécurisante, dans ce qui constitue « le plus grand centre commercial à ciel ouvert de l’Hérault ». Les agents de sécurité seront sur le pas de porte (pas sur la voie publique, ni dans les commerces). Ils veilleront au bon fonctionnement des entrées et sorties de la clientèle. Ils n’ont pas vocation à intervenir. L’objectif est « de ramener de la confiance aux commerçants et à la clientèle ». Le président de la CCI, qui salue le travail des forces de l’ordre, précise que les agents n’auront pas vocation à se substituer à celles-ci : « La volonté est de redonner vie au centre-ville… C’est notre devoir consulaire ». 400 commerçants ont déjà signé le manifeste de sécurisation du centre-ville et adhéré à la démarche. Les présidents d’association saluent l’initiative de la CCI, même si la tension, l’inquiétude et la lassitude restent palpables. Nîmes et d’autres villes d’Île-de-France ont manifesté leur intérêt pour ce dispositif qu’elles pourraient reprendre à leur compte, a indiqué André Deljarry.

Un prestataire choisi en urgence

Le choix de la société de sécurité s’est fait par demande de devis dans un contexte de procédure d’urgence. 3 entreprises ont répondu, mais Nicollin était la seule à être en capacité de mobiliser 135 agents de sécurité aussi rapidement, et disposant de la même tenue pour faciliter leur repérage. Le dispositif prévoit 1 vigile pour 4 à 5 commerces. Ils seront identifiés par deux badges (CCI de l’Hérault et commerces de centre-ville). Quatre coordonnateurs seront chargés de gérer les agents et de les informer en cas de danger immédiat. Aucune collaboration n’est prévue avec les forces de l’ordre. Ce n’est pas l’objet de ce dispositif. La sécurisation porte sur l’hyper-centre de l’Ecusson entre la rue Foch et la place de la Comédie. « Nous voulons apporter la symbolique sécuritaire d’une présence, à l’instar de ce qui se fait dans les grandes surfaces et les centres commerciaux » a ajouté le président de la CCI. Le budget de cette action s’élève à 20.000 euros.

Les commerçants saluent l’initiative

Une présidente d’association a remercié la CCI de l’Hérault pour son initiative :  » de nombreux commerçants sont en grande difficulté. Nous étions en attente d’une action forte. Nous ne voulons plus de vitrines fermées, et pas d’une ville morte ». 

Bernard Cabiron, commerçant et représentant actif du monde de l’entreprise, s’est exprimé à l’issue de la conférence de presse : « Ce dont il faut parler, c’est de la sortie de crise. Il est intolérable de pousser à la ruine les petits commerçants qui n’ont rien à voir avec des entreprises capitalistiques. Veut-on un centre-ville désertifié ; qu’il devienne un musée ? ». 

Alors qu’une autre crainte se profile – le Carnaval des Gueux – André Deljarry a annoncé un afflux de dossiers d’entreprises et de commerces en difficulté : « Nous avons reçu près de 200 dossiers. En lien avec l’Urssaf, la DDFIP, la Fédération des Banques, la Direccte, la Sécurité sociale, le RSI et le CIP – Centre d’information sur la prévention des difficultés des entreprises – où interviennent experts-comptables et avocats… – plusieurs mesures ont déjà été annoncées pour soutenir ces entreprises ».

Des mesures pour les entreprises en difficultés annoncées mardi prochain

De nouvelles mesures vont être annoncées le mardi 19 février à 14h00 par Carole Delga, présidente de la région Occitanie, conjointement avec André Deljarry et Christian Poujol, le président de la Chambre de métiers et de l’artisanat de l’Hérault. Il s’agit d’un nouveau dispositif d’aide supplémentaire à celui déjà annoncé, et dont le contenu est en voie de finalisation.

 

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité