Particuliers et entreprises, adoptez le zéro déchet !

Par |
La pollution par les déchets n'est pas une fatalité. Le changement doit venir de nous !

Sale temps pour la planète. Alors que l’Amazonie n’en finit pas d’être déforestée et de brûler, que les températures continuent de monter et que la pollution des eaux par le plastique et les pesticides s’accentue inexorablement, il est temps que chacun, à son niveau, mette en place des gestes d’économies d’énergie, réduise sa consommation de papier et produise moins de déchets. Explication de la démarche Zéro Déchet et des gestes de base à adopter.

Qu’est-ce que le Zéro Déchet ?

Le Zéro Déchet (ou Zero Waste) est une démarche prônée par Béa Johnson, jeune Française installée près de San Francisco, qui, à la suite d’une crise existentielle et d’une recherche de sens, a tenu le pari de faire tenir le contenu de sa poubelle familiale annuelle dans un bocal d’un quart de litre, alors que sa famille remplissait une poubelle de 240 litres par semaine auparavant. Son livre Zero Waste Home (« Zéro Déchet », traduit en français en 2015 par les éditions Les Arènes), est devenu un ouvrage de référence pour les personnes qui souhaitent limiter leur impact sur la planète.

Sa démarche est basée sur cinq principes : refuser le superflu, réduire le nécessaire, réutiliser ce que l’on achète, recycler tout ce que l’on n’a pas pu refuser et composter le reste. L’idée est de vivre et consommer de façon écoresponsable de façon à utiliser le moins de ressources et à produire le moins de déchets possible.

Depuis, des milliers de foyers appliquent ses principes. Les commerçants se sont progressivement adaptés à l’émergence de ce mode de vie et de consommation. Des boutiques spécialisées dans la vente en vrac se développent, des fabricants proposent des produits lavables et réutilisables (essuie-tout en éponge, lingettes démaquillantes en coton et bambou ou éponge, couches lavables) au lieu de produits à usage unique. Une fois l’investissement de départ réalisé, des économies sont bien souvent à la clé.

Il a été constaté que l’objectif Zéro Déchet à la maison était souvent un point de départ vers la découverte d’autres pratiques écologiques, ou une première étape avant des actions plus collectives, sur son lieu de travail par exemple.

Toute personne débutant dans cette démarche, même armée de la meilleure volonté du monde, peut se sentir dépassée par l’ampleur de la tâche. Pourtant, adopter quelques gestes simples peut déjà faire la différence. Les efforts effectués par une seule personne peuvent finalement décider son entourage à s’y mettre, à la maison ou sur son lieu de travail.

Les premiers gestes à suivre selon Zerowaste France

Composter ses déchets alimentaires (épluchures, marc de café…) permet de diminuer les déchets produits par les ménages, les cantines d’entreprise ou les salles de repas des collaborateurs. Dans la métropole de Montpellier, on peut déposer les biodéchets dans la poubelle orange pour qu’ils soient compostés. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site www.biodechets.org.

Acheter en vrac : des boutiques spécialisées dans la vente en vrac sont implantées dans les villes d’Occitanie et proposent des produits aussi bien alimentaires que cosmétiques ou d’entretien. Il est également possible de supprimer les emballages jetables en s’approvisionnant au marché (et en mettant ses fruits et légumes dans des sacs en tissu) ou en apportant ses contenants chez son commerçant. Au niveau de l’entreprise, certains produits peuvent être achetés en vrac. Pour le nettoyage des locaux également. Le kit indispensable pour acheter en vrac comporte un cabas, des sacs réutilisables en tissu ou en mousseline légère, des boîtes ou des bocaux en verre.

Éviter le neuf : pour les vêtements, les meubles, l’électroménager, les livres, pourquoi ne pas emprunter, louer ou acheter d’occasion (sur Le Bon Coin par exemple) ? Des plateformes spécialisées facilitent la recherche et la mise en relation entre professionnels ou entre particuliers.

Adopter le Stop Pub : les boîtes aux lettres regorgent de publicités non désirées. Avec cette action simple et concrète, chacun peut limiter la quantité de déchets qu’il jette. Il suffit de télécharger un stop-pub à imprimer et à coller sur la boîte aux lettres ou de commander un autocollant sur Internet.

La démarche zéro déchet est bien entendu extensible au lieu de travail. Certaines actions concrètes peuvent permettre de faire de grands progrès sur le plan écologique.

Pourquoi passer au Zéro déchet dans l’entreprise ?

Toute entreprise produit inévitablement des déchets (de bureau, d’emballages, de mobilier ou d’équipement…). Selon l’Ademe, chaque salarié de bureau produit en moyenne entre 120 et 140 kg de déchets par an sur son lieu de travail !

Pour la 3e édition de l’étude Quelle gestion des déchets au bureau, Zero Waste France et Riposte Verte ont constaté que seulement 35 % des entreprises recyclent le papier et 61% recyclent les canettes et les bouteilles en plastique. 80 % des collaborateurs pensent que le tri serait meilleur avec un plan de communication interne et 96 % des collaborateurs sont disposés à changer certaines procédures de travail pour améliorer le système de tri.

L’entreprise a tout intérêt à s’engager dans une démarche écoresponsable. Tout d’abord parce que la réduction des déchets peut souvent induire une réduction des coûts. De plus, son image s’en trouve valorisée: une politique ambitieuse de réduction des déchets est un plus pour les clients, les salariés et les partenaires de l’entreprise. L’équipe dirigeante et les salariés, mobilisés autour d’un projet commun, gagnent en cohésion d’entreprise. Enfin, les locaux seront bien souvent plus agréables à vivre pour tous une fois débarrassés du plastique et nettoyés sainement. Et s’il était temps, pour vous, de conduire une politique écoresponsable dans votre entreprise ? D’autant que, vous l’ignorez peut-être, il incombe aux chefs d’entreprise d’organiser une politique de tri dans leur structure.

Le tri, une obligation pour les entreprises

Zero Waste France rappelle : « Les entreprises ont désormais une obligation générale de tri de leurs déchets, avec le décret 5 flux du 10 mars 2016, qui concerne 5 flux de déchets : bois, plastiques, métaux, verre, papier/carton. Cette obligation concerne toutes les entreprises recourant à un prestataire privé d’enlèvement, et les entreprises produisant plus de 1 100 litres de déchets par semaine (pour celles qui recourent au service public). Côté déchets organiques, tout producteur de plus de 10 tonnes de biodéchets par an doit les trier à la source pour assurer leur valorisation matière ».

Comment réduire les déchets au sein des entreprises ?

Dans son guide Zéro déchet au bureau publié en 2018, Zero Waste France liste 12 actions à mettre en œuvre sur leur lieu de travail par toutes les personnes souhaitant engager leur entreprise dans des actions de Zéro Déchet (salariés, direction, services…). La démarche peut être impulsée à différents niveaux.

Pour en savoir plus, téléchargez le guide Zéro déchet au bureau sur : https://www.zerowastefrance.org/publication/zero-dechet-au-bureau/

Voici plusieurs exemples d’actions :

• Organiser une réunion zéro déchet pour recueillir les bonnes idées des collaborateurs et les mobiliser.

• Trier régulièrement ses e-mails. L’envoi d’un e-mail consomme de l’énergie (utilisation d’un ordinateur, stockage dans les data centers…) et a des conséquences bien réelles sur les émissions de gaz à effet de serre et l’extraction des matières premières. Pour limiter l’impact écologique de l’envoi d’e-mails, l’Ademe évoque plusieurs recommandations : réduire les envois d’e-mails incluant systématiquement plusieurs destinataires (pour info) ; utiliser un ordinateur portable, qui consomme 50 % à 80 % d’énergie en moins qu’un ordinateur fixe ; installer un antispam ; réduire la taille des pièces jointes ou trouver des alternatives (lien hypertexte, site de transfert, cloud) ; supprimer régulièrement les courriels archivés inutiles. (source : RSLN)

• Équiper ses locaux en vaisselle réutilisable : pour éviter la surconsommation de produits jetables (et le coût associé), il existe de nombreuses alternatives réutilisables (mugs, couverts en métal, assiettes et contenants, carafe, serviette en tissu…). Il est fortement conseillé de supprimer les monodoses (capsules de café, sachets de thé, bouteilles d’eau…) et de les remplacer par des achats en grand conditionnement ou en vrac.

• Pour les achats, privilégier l’occasion et le réemploi. On peut s’équiper en mobilier de récupération et donner ses anciens équipements électroniques et informatiques…

• Sensibiliser sur l’impact des mégots.

• Fournir des masques en tissu aux salariés au lieu de masques jetables.  Et si vous faisiez appel à l’atelier coopératif montpelliérain Les Nouvelles Grisettes ou à la couturière du coin pour obtenir des masques produits localement ?

• Faire nettoyer ses locaux par une entreprise utilisant uniquement des produits écoresponsables (vinaigre d’alcool ménager).

Lisez aussi sur ce site nos articles de conseils formulés par des commerçantes spécialistes du zéro déchet.

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité