Philippe Lamouroux : “Les experts-comptables sont les médecins généralistes de l’entreprise”

Par |
philippe-lamouroux-2018-ordre-expert-comptable-montpellier
Philippe Lamouroux, le président des experts-comptables de la région de Montpellier.

Le point, avec le président de l’Ordre des Experts-comptables de la région de Montpellier, sur une profession interface entre les mesures d’aides gouvernementales et les entreprises impactées par le Covid-19. Les mesures gouvernementales en faveur des entreprises demandent des ajustements permanents dans leur mise en place. Selon Philippe Lamouroux, sa profession doit faire face à certaines tensions. Il craint in fine, “des impacts majeurs” pour le tissu économique régional. Entretien… (extrait – interview intégrale en téléchargement libre)

HJE : Bonjour Philippe, tout d’abord comment allez-vous ? Vous, vos proches ainsi que vos confrères et consœurs ?

Philippe Lamouroux : « Très bien merci, mais je voudrais en premier lieu saluer la réactivité et l’implication de mes consœurs et confrères et de leurs collaborateurs. Dans une période qui n’est pas facile pour notre profession puisque c’est la période fiscale, il y a eu une réaction citoyenne et solidaire à l’accompagnement des entreprises face au COVID-19. S’il faut en priorité saluer l’engagement des personnels soignants, de sécurité, de service et de production de première nécessité qui font un travail incroyable avec une abnégation admirable, il convient aussi de saluer ce que font les experts-comptables et leurs collaborateurs pour les entreprises. Nous sommes les médecins généralistes de la vie économique. Nous sommes en première ligne pour le maintien et la sauvegarde de ses acteurs. »

HJE : Il en va de la survie des entreprises…

Philippe Lamouroux : « Il faut savoir qu’aujourd’hui les entreprises, et notamment les plus petites, dont les structures commerciales et artisanales qui sont le fondement de notre territoire, ne s’en sortiraient pas toutes seules. Un véritable réseau d’entraide a été mis en place. On le perçoit bien : dès qu’une annonce gouvernementale ou régionale est lancée, nos standards téléphoniques saturent. Les annonces, par essence généralistes, demandent souvent des précisions que nous n’avons pas toujours ou qui viennent plus tard. Et en cette période, ce n’est pas la chose la plus facile que d’être entre l’enclume et le marteau, surtout lorsque l’on n’a pas la maîtrise totale des procédures. Des mises à jour, des précisions techniques sont annoncées presque au jour le jour, ce qui ne facilite pas la compréhension des dispositifs. Mais peut-on faire autrement ? Il faut par ailleurs noter l’écoute et la réactivité des administrations. »

HJE : Comment vos cabinets se sont-ils organisés pour assurer la continuité de service ?

Philippe Lamouroux : « Quasiment tous les cabinets se sont mis en télétravail. Depuis le confinement, tout le monde est sur le pont, avec une efficacité optimale. Je n’ai eu quasiment aucune remontée de difficultés techniques sur ce point. Dans mon cabinet par exemple, où collaborent 8 personnes, nous avions commencé par du télétravail à 100 % la première semaine de confinement, c’est 50 % aujourd’hui. Pour répondre aux mesures sanitaires, j’ai organisé 2 équipes qui alternent un jour sur deux entre présence physique au cabinet et télétravail. Je précise que nous ne recevons plus la clientèle, mais certains chefs d’entreprise privilégient le papier au numérique. Notre boîte à lettres sert de lieu d’échange. Je précise que c’était aussi une attente sociale d’une partie de mes collaborateurs, de pouvoir sortir de chez eux et garder le contact avec leur lieu de travail. Chaque cabinet s’est organisé en fonction de ses sensibilités, mais le service demeure. C’est en ce sens que je dis que notre profession, comme d’autres, est bien au rendez-vous citoyen du soutien à l’ensemble de l’économie et aux chefs d’entreprise en particulier. »

Et le jour d’après ?

Philippe Lamouroux : « Je veux rester optimiste, mais je pense que nous allons avoir de gros impacts avec une déperdition en région d’un pourcentage non négligeable d’entreprises et qui va exploser dans les deux mois qui suivront la reprise. Il faut savoir que pour beaucoup d’entreprises, on sort d’une fin d’année 2018 et d’un début d’année 2019 impactés par les “Gilets jaunes”, puis il y a eu les manifestations de fin 2019 début 2020, et un mois de février 2020 qui n’est pas traditionnellement un gros mois pour l’économie, notamment à cause des vacances scolaires… Nous avons donc des entreprises qui sont là, mais qui souffrent. S’ajoute désormais la crise du Covid-19, pour une période à ce jour indéterminée. Les aides vont temporairement donner le change pour certaines d’entre elles, mais je crains fortement le moment du rebond à la sortie de crise, lorsqu’il va falloir investir et reconstituer les stocks. Pour l’heure, le plus important est que la machine à cash continue à fonctionner. La trésorerie, c’est le carburant de l’économie. Il faut surtout payer ses fournisseurs, sinon c’est la crainte d’un effet cascade qui entraînerait beaucoup de monde dans son sillage. Les experts-comptables sont d’ailleurs très vite montés au créneau fin mars. Des alertes montraient que de grands groupes commençaient à donner des instructions de suspension de paiements pour la fin mars. Le niveau national, dont la Banque de France, a très vite réagi pour remettre les choses en bon ordre. Il est vital de continuer à alimenter le circuit de trésorerie et le crédit interentreprise, pour ne pas bloquer le système économique. »

Propos recueillis par Daniel CROCI le 10 avril 2020


Téléchargez l’intégralité de cette interview


Suivez notre fil d’actualités locales HJE « spécial COVID-19 » destiné aux entreprises héraultaises

Le fil d’actualités HJE spécial « Coronavirus et entreprise » est accessible sur la page d’accueil du site heraultjuridique.com. Il recense toutes les informations ministérielles et des services de l’Etat au fur et à mesure de leurs publications et mises à jour. Accès au Dossier HJE Coronavirus et Entreprise.

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité