Création de la chaire AGROTIC

Par |

Trois instituts de recherche agronomique créent la chaire d’entreprises AgroTIC Montpellier SupAgro, Bordeaux Sciences Agro et l’Institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea) ont officialisé mercredi 16 novembre, au Domaine de Verchant (Castelnau-le-Lez), la naissance de la chaire d’entreprises AgroTIC, soutenue par SupAgro Fondation.

 

L’objectif principal est de promouvoir la diffusion et l’interopérabilité des technologies numériques pour l’agriculture en créant un lien étroit entre la formation, la recherche et les entreprises. La chaire AgroTIC regroupe 23 entreprises mécènes, proposera 10 actions annuelles (avec des partenaires techniques qui s’engagent pour trois ans) et dispose d’un budget de 500 000 euros.

 

La chaire se positionne comme un catalyseur de nouveaux projets partenariaux entre les entreprises et les instituts publics. En créant un lien étroit entre la formation, la recherche et les acteurs socio-économiques, elle vise à contribuer à renforcer la professionnalisation des étudiants en leur apportant une connaissance actualisée des technologies. Elle devrait aussi favoriser leur insertion professionnelle en facilitant la compréhension des enjeux et des besoins des professionnels des filières agricoles. Grâce à la dynamique de réflexion collective qu’elle impulse, la chaire AgroTIC doit permettre d’explorer le potentiel de nouvelles technologies pour les usages agricoles, de mieux comprendre les leviers et les freins à leur adoption et de favoriser la structuration d’un réseau d’échanges de connaissances, de bonnes pratiques et de compétences.

Du fait des partenaires impliqués, cette chaire s’ancre fortement sur deux régions : l’Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine. Mais son périmètre d’action s’étendra en France et au-delà : elle doit profiter à terme des réseaux de collaboration scientifique internationaux pour s’intéresser aux développements des technologies et des usages relatifs au numérique agricole à l’échelle européenne.

Les actions programmées pour faire progresser la culture autour du numérique agricole s’articulent autour de 3 axes correspondant aux besoins recueillis auprès des entreprises : suivre la transition numérique (recherche, usages, autres secteurs…), explorer les possibilités offertes par des technologies émergentes en organisant et en animant par exemple le Challenge Innov’Agro pour intégrer les étudiants à une dynamique d’innovation et de créativité ; et enfin identifier des compétences pour nouer de nouvelles collaborations, en établissant par exemple la cartographie des acteurs de la recherche en agriculture numérique pour recenser et connaître les compétences des acteurs français et européens de cette branche de la recherche et permettre à chacun d’identifier plus facilement un partenaire potentiel.

 

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité