Reprise d’Orchestra : Pierre Mestre s’exprimera le 4 juin

Par |

Orchestra-Prémaman : une reprise par… Pierre Mestre tiendrait finalement la corde face à celle portée par Al Othaim (Arabie Saoudite). Le CSE du groupe en redressement judiciaire penche plutôt pour l'offre saoudienne.

Par Hubert VIALATTE

Pour rappel, deux offres de reprise ont été déposées devant le tribunal de commerce (TC) de Montpellier : celle du groupe familial saoudien Al Othaim, déjà actionnaire d’Orchestra, à hauteur de 4 %, depuis 2016, et celle de Pierre Mestre, fondateur et PDG du groupe, à travers la société NewOrch (pour ‘Nouvel Orchestra’), immatriculée à Paris début avril. La décision du TC de Montpellier doit être rendue jeudi 4  juin.

L’offre de Pierre Mestre (NewOrch) tiendrait la corde

Alors que le CSE d’Orchestra s’est prononcé à l’unanimité en faveur du projet d’Al Othaim, c’est le dossier NewOrch qui tiendrait la corde, selon Ralph Blindauer, avocat du comité des salariés, et selon les conseils français d’Al Othaim. Via l’offre NewOrch, Pierre Mestre reprendrait son groupe, sans les dettes, pour environ 15 M€. «Mais son offre n’est pas financée», a indiqué ce vendredi l’avocat du CSE, qui entend déposer une requête en réouverture des débats. Un moyen de mettre la pression sur l’instance judiciaire au profit d’Al Othaim, qui projette de son côté le maintien de 1 111 emplois en France (sur 1 260), contre 960 du côté de Pierre Mestre. L’offre d’Al Othaim est ainsi jugée plus solide par les représentants du personnel, avec l’injection de 35 M€ (dont 20 M€ en fonds propres) et une lettre de crédit du groupe saoudien de 40 M€ supplémentaires.

Les résistances du CSE

D’après les représentants du personnel, opposés à une reprise d’Orchestra par Pierre Mestre, la procédure tournerait depuis le début à l’avantage de ce dernier. «Les élus du CSE ont l’impression que les administrateurs penchent pour l’offre de Pierre Mestre depuis le début. Elle serait mieux-disante en termes d’emplois, mais elle prévoit la fermeture de l’entrepôt de Saint-Aunès, qui emploie 131 salariés, a indiqué Ralph Blindauer ce vendredi, lors d’une mobilisation des salariés à Saint-Aunès, devant le siège de l’entreprise. L’avocat du CSE va même jusqu’à « remettre en cause l’honnêteté de la procédure ». Pierre Mestre privilégie, dans son offre, un regroupement logistique sur l’entrepôt d’Arras.

«Les derniers business plans de Pierre Mestre n’ont pas fonctionné. Pourquoi devrait-on le croire cette fois-ci ?, s’interroge Patrick Llopis, membre du CSE. Il n’y a pas de sécurité financière dans son dossier. NewOrch ne prévoit quasiment aucun fonds de roulement. Les ressources envisagées, 5 M€ de fonds propres et une ligne de crédit de 12 M€, serviront pour l’essentiel à payer la cession. Il n’y aura plus de marge de manœuvre pour NewOrch en cas de performance en-dessous des prévisions. » Ralph Blindaueur ajoute : « Pierre Mestre part sur des chiffres d’affaires que la société n’a jamais atteints, alors que le marché se contracte. »

Verdict le jeudi 4 juin

Contacté par l’HJE, Pierre Mestre a déclaré qu’il s’exprimerait « jeudi prochain [jour de l’énoncé du verdict, NDLR] après 15h00, quel que soit le résultat. D’ici là, nous attendons la décision du tribunal ». Orchestra emploie près de 3 000 salariés pour un chiffre d’affaires de 563,5 M€.


A lire aussi

Nos articles sur Orchestra-Prémaman

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité