Le citoyen au cœur de la Smart City

Par |

De l’immeuble au quartier et à l’échelle de la ville, la Smart City se construit d’abord pour les citoyens. Créer un environnement agréable, faciliter les déplacements et les rencontres dans la logique du développement durable, tels sont les objectifs majeurs. Et à leur tour, les citoyens participent à la réalisation de leur cité. C'est ce qui est ressorti de la première table ronde organisée en juin dernier par la JCE Montpellier sur le thème du " Smartcityzen".

« La ville est une production humaine, le lieu de l’échange, et elle se transforme jour après jour. Pour nous, urbanistes, le défi est de construire une ville évolutive, modulable, que les citoyens peuvent s’approprier, enrichir. C’est alors que l’on peut parler de ville intelligente », avance Laurent Combes, directeur opérationnel du Service Métropole et Développement (SERM et SA3M) lors de la première table ronde « Gouvernance de la SmartCity » à l’occasion de la conférence « SmartCityZen », le 15 juin 2017 à Montpellier. Les intervenants se retrouvent pour mettre en avant le rôle central des citoyens. D’un côté, ils sont au cœur des préoccupations des acteurs économiques chargés de construire la ville. De l’autre, s’ouvre pour eux la possibilité d’intervenir au quotidien et dans les projets. A condition toutefois de se familiariser un minimum avec les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). A lire aussi sur ce site : Montpellier, Smart City d’excellence   Réflexion à l’échelle du quartier : le projet Smartseille Dans son environnement immédiat, l’immeuble à énergie positive, chaque habitant de la SmartCity a la possibilité de connaître ses consommations énergétiques. Cela suppose que « la ville sait utiliser les outils et les nouvelles technologies au service de ses citoyens et de ses propres usages », prévient Dorothée Fourny, directrice commerciale de Nova Veolia. Laurent Combes souligne que le citoyen, informé de ses consommations, peut décider ou non de changer ses habitudes. « La SmartCity doit être une ville de liberté », insiste-t-il. Pour sa part, Slimane Haddouche, le directeur du projet Smartseille piloté par Eiffage Immobilier Méditerranée dans le cadre de l’opération Euroméditerranée 2 à Marseille, explique que « le travail de conception s’effectue au niveau du quartier. » Pour ce programme de 58.000 m2 de logements comprenant également des bureaux, une école, une résidence intergénérationnelle et un parking de 600 places,...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.