Santé et prévention au travail : l’AIPALS Montpellier fait son Living Lab

Par |
Sante-au-travail-Aipals-living-lab-Montpellier

L’Aipals va réunir ses adhérents et ses partenaires de la santé au travail lors d’un grand laboratoire d’idées pour imaginer la prévention de demain, le 15 février, à l’aquarium Mare Nostrum de Montpellier (participation sur inscription). Frédéric Bonnet, directeur adjoint de l’Aipals, nous en explique les contours…

L‘Aipals poursuit depuis de nombreuses années sa mission de santé au travail par l’intermédiaire de ses équipes pluridisciplinaires, composées de professionnels qui mutualisent leurs expertises (infirmière, assistante sociale, ergonome, psychologue, toxicologue, etc.). Ses équipes assurent aussi la diffusion et la mise en place de la prévention au travail au sein des entreprises adhérentes.

Prévention primaire

«Nous sommes aujourd’hui à un tournant, explique Frédéric Bonnet, directeur adjoint de l’Aipals. La loi El Khomri, parue en 2016, et entrée en application au 1er janvier 2017 sur le volet santé au travail, a apporté une grande évolution du suivi individuel des salariés en matière de santé. » En effet, les visites médicales obligatoires, qui avaient lieu auparavant tous les deux ans, s’échelonnent aujourd’hui dans un délai maximal de cinq ans, mais sont personnalisées en fonction du salarié, de son âge, de son état de santé, de son poste de travail et des risques professionnels auxquels il est exposé. «Aujourd’hui, on note que les politiques de santé publique et de santé au travail axent de plus en plus l’action des services de santé au travail sur la prévention primaire», précise Frédéric Bonnet.

frederic-bonnet-aipals-montpellier
« En Occitanie,
près de 150 accidents
du travail se produisent
chaque jour. »
Frédéric Bonnet,
directeur adjoint de l’Aipals.

Cette dernière consiste à engager un plan de prévention en amont afin d’éviter que le risque professionnel ne se produise. «L’Aipals développe ainsi de grandes actions de sensibilisation autour de la prévention primaire. Pour être au plus près des besoins des adhérents, c’est-à-dire des entreprises et des salariés, nous avons besoin de les questionner sur leurs attentes, pour savoir comment, demain, nous pourrons faire de la prévention autrement, et ensemble… Avec une nouvelle approche supplémentaire, déconnectée de la visite obligatoire, qui accompagnerait le salarié au quotidien et tout au long de son parcours professionnel », ajoute le directeur adjoint.

Un Living Lab pour échanger

«L’idée de cet événement est d’obtenir des résultats concrets, des propositions d’actions dont nos services vont pouvoir se nourrir pour compléter notre offre de services. Il s’agit aussi d’engager une réflexion globale avec l’ensemble des acteurs de la prévention et de la santé au travail – comme la Carsat, les Aract, les inspecteurs du travail de la Direccte… – afin d’imaginer la prévention de demain » analyse Frédéric Bonnet. Une nouvelle approche efficiente «et toujours dans le souci et la perspective que le travail n’altère pas la santé du salarié ».

Un livre blanc transmis à la députée Charlotte Lecocq

Les travaux et échanges menés dans le cadre du Living Lab de l’Aipals donneront lieu à la rédaction d’un livre blanc qui sera transmis à la députée Charlotte Lecocq (LREM, Hauts-de-France). Le Premier ministre et les ministères du Travail et des Solidarités et de la Santé ont confié à cette députée une mission visant à évaluer notre système de prévention des risques professionnels. L’objectif est d’améliorer l’efficacité du système de prévention des risques professionnels au sein des entreprises, «dont la responsabilité doit être organisée dans un cadre sécurisé et prévisible (normes, gouvernance, organisation nationale et locale, modes d’action auprès et dans les entreprises) ». Le rapport abordera également la prévention et les bonnes initiatives validées dans les pays voisins. Les conclusions de ces travaux sont attendues pour le 30 avril prochain. Pour Frédéric Bonnet : «Nous sommes au quotidien impactés par ces questions de prévention. L’objectif de notre Living Lab est également de faire participer une centaine d’acteurs : salariés, employeurs et acteurs de la prévention. De là émergeront des propositions concrètes qui seront transmises à cette mission, pour que nous soyons acteurs des changements qui pourraient naître de cette mission ».

Un Living Lab en deux temps

Le matin, seront proposés des ateliers d’intelligence collective et de travail collaboratif (voir le programme ci-dessous). Des groupes de 6 à 7 personnes seront formés pour réfléchir sur des thématiques ou questions particulières. En fin de matinée, les idées et propositions seront collectées. Elles feront l’objet l’après-midi d’une synthèse et d’une restitution aux participants. «Le directeur Occitanie de la Direccte, Christophe Lerouge, nous fera l’honneur de venir clore cet événement », indique Frédéric Bonnet. Il apportera le précieux éclairage des services de l’Etat.

Sophie Batty invitée d’honneur pour Likewise

Deux Montpelliéraines se sont donné comme objectif de faire le tour du monde des entreprises pour voir et analyser la façon dont la qualité de vie au travail est traitée dans le monde. L’une d’entre elles, Sophie Batty, sera présente à l’occasion du Living Lab de l’Aipals pour parler de son projet baptisé Likewise. Elle sera de retour de New York, une des étapes de leur tour du monde, pour échanger avec les participants du Living Lab et leur fournir sans doute quelques pistes de réflexion.


 

Programme du Living Lab de l’Aipals à l’aquarium Mare Nostrum le 15 février 2018

8h30 – A la forêt tropicale : accueil, remise des badges et café.

9h15 – Au Théâtre de l’océan : lancement du Living Lab. Mot de bienvenue de Pierre-François Canet, président de l’Aipals.

Organisation des ateliers. Les participants seront divisés en plusieurs ateliers et sous-groupes pour réfléchir à des thèmes qui auront été définis courant janvier à l’issue d’une enquête par courriel et téléphone sur leurs attentes.

10h – A l’auditorium et à l’Espace Dune. Ateliers d’intelligence collective. Il s’agit d’ateliers d’échanges de bonnes pratiques et d’idées entre chefs d’entreprise, salariés et acteurs de la prévention. Ils seront animés, en petits groupes, par une coach professionnelle. Il pourra y être question de la santé du dirigeant, des outils pour que les TPE intègrent la prévention au quotidien, de la performance des salariés, de la qualité de vie au travail, de la mise en place des nouvelles Commissions sociales et économiques (CSE) et des services à proposer, etc.

Chaque sous-groupe restituera ses réflexions aux autres en vue de la restitution collective. Deux rapporteurs seront désignés pour intervenir l’après-midi en plénière. Les thématiques ne sont volontairement pas fixées à l’avance, pour répondre le plus possible aux attentes des participants et laisser l’innovation s’exprimer. C’est le principe même de l’intelligence collective !

12h30 – A la forêt tropicale : déjeuner-buffet.

14h30 – A l’auditorium. Conférence de restitution. Synthèse des contributions avec de nouveaux échanges, mais aussi une invitée d’honneur, Sophie Batty, de Likewise, qui débute un tour de monde de la qualité de vie au travail. Elle reviendra de sa première étape : New York. Les contributions permettront d’écrire d’un Livre Blanc de la prévention qui sera remis aux représentants de la mission sur la santé au travail que le gouvernement vient de lancer.

16h30 – A l’auditorium : clôture par le directeur de la Direccte, Christophe Lerouge.

@ Inscription obligatoire et recommandée (nombre de places limité) sur le site Internet de l’Aipals : https://www.aipals.com/


Les chiffres clés de l’AIPALS

L’Aipals a été officiellement créée le 10 janvier 1959 à Montpellier, afin de mettre en oeuvre les obligations des entreprises en matière de santé au travail. Cette structure est constituée sous forme d’association loi 1901 à but non lucratif. Son rôle est exclusivement préventif : elle a pour mission de préserver la santé des salariés des entreprises adhérentes. Elle fonctionne sous la tutelle du ministère du Travail, représenté par la Direccte (Direction régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi), qui lui accorde un agrément de fonctionnement pour une durée de cinq ans. Ce service interentreprises de santé au travail accompagne chaque jour 3 600 entreprises sur la métropole de Montpellier et les communes avoisinantes, ce qui représente le suivi de 40 000 salariés. C’est le premier service de santé au travail certifié Afnor en Occitanie (le troisième en France). L’Aipals est dirigée par Diane Laruel ; Frédéric Bonnet en est le directeur adjoint. L’Aipals dispose de 3 centres médicaux, à Montpellier, Lattes et Castries.

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité