Sim&Cure investit dans sa croissance export et sa R&D

Par |

Par Anthony REY

Sim&Cure (Montpellier) propose une plateforme unique sur son marché, le traitement endovasculaire de l’anévrisme cérébral. Un système pour le médecin combinant un logiciel pour mieux calibrer les prothèses et une technologie d’impression 3D pour s’entraîner en conditions réelles.

Après la certification obtenue fin 2019 pour le marché américain, la start-up montpelliéraine engrange les contrats. « Nous ne démarchons pas les hôpitaux. Nous vendons des licences aux grands fabricants de dispositifs médicaux qui intègrent notre produit à leurs packages », décrit Mathieu Sanchez, cofondateur de Sim&Cure.



Ces contrats étant de portée internationale, ils lui permettent de rayonner aux Etats-Unis (100 hôpitaux touchés sur un potentiel de 400), mais aussi en Europe (250 touchés sur 350).

La start-up de 36 salariés a recruté 23 personnes en 2020, et emménage au Parc Euromédecine, à Montpellier, où elle vient de prendre 440 m2. Enfin, la dotation du concours d’innovation i-Nov, remporté en 2019, lui permet de financer jusqu’à 40 % d’un nouveau programme de R&D chiffré à 1,5 M€. Objectif : ouvrir sa plateforme à certaines pathologies cardiaques.



 

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité