Immobilier : les comportements changent

Par |

Les Français consacrent toujours le même budget — moins de 250 000 euros — pour acheter leur résidence principale. Ils sont de plus en plus nombreux à considérer que leur métropole régionale est le meilleur endroit pour investir. Décryptage, dans une étude de l’Ifop.

Comment recherche-t-on un logement ? Les Français sont-ils prêts à être mobiles ? Où veulent-ils investir? L’étude Les Français et le marché immobilier… face aux enjeux socio- économiques réalisée par l’institut Ifop pour Optimhome, réseau immobilier de 1.437 conseillers, explore de multiples facettes de ce phénomène. Le sondage, mené auprès d’un échantillon de 1.503 personnes de 25 à 65 ans, en ligne, début mars, a été présenté le 11 avril, à Paris. Concernant le climat général du pays, tout d’abord, « une petite majorité de la population est optimiste concernant sa propre situation, mais cela cache des clivages », explique Romain Bendavid, directeur de l’expertise corporate et communication d’entreprise à l’Ifop. Notamment, les Millénials (de 25 à 34 ans) sont plus optimistes que la génération X (de 42 à 52 ans), et les cadres que les ouvriers. Pour autant, 55 % des sondés estiment que le contexte est défavorable à l’achat d’un bien immobilier. « Il s’agit d’une inversion de la tendance », pointe Romain Bendavid. Là aussi, les avis diffèrent, notamment en fonction de l’âge : 50 % des Millénials estiment que le moment est favorable, contre 39 % de la génération X. Toutes tendances confondues, pour les sondés, les mesures gouvernementales comme la reconduction du prêt à taux zéro (PTZ) et du dispositif de défiscalisation Pinel jusqu’en 2021, ainsi que la suppression de la taxe d’habitation, auront un effet positif sur l’achat de biens immobiliers. L’essentiel des achats sous la barre de 250 000 euros Le sondage décrypte ensuite le comportement des acheteurs. Au chapitre budgétaire, la somme investie pour acheter sa résidence principale demeure « assez stable », commente Romain Bendavid. Dans 65 % des cas, elle se situe entre 100.000 et 250.000 euros. Mais la répartition géographique est très inégale. 67 % des achats dans le quart nord-est de...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité