Le marché immobilier sur la Cour d’appel de Montpellier, repères notariaux

Par |

Au lendemain du Salon de l’immobilier de Montpellier qui a accueilli 5430 visiteurs en trois jours, et pour le lancement de la Semaine du Logement organisée au plan national par le conseil supérieur du Notariat, les notaires de la Cour d’appel de Montpellier ont rappelé* ce lundi 30 septembre quelques chiffres sur le marché de l’habitat sur les quatre départements de leur ressort (Aude, Aveyron, Hérault et Pyrénées-Orientales).

Son président, Me Arnaud Rasigade, a indiqué que pour les marchés de l’ancien et du neuf, les feux restaient au vert, bien que le neuf accuse une baisse des transactions de – 10 % sur le ressort, et même -16,4 % pour le département de l’Hérault. Pour Me Isabelle Perrein, en charge de la communication au conseil régional, ceci s’explique en partie par la longue formalisation du PLUI de la métropole de Montpellier principale aire moteur de l’activité immobilière dans le ressort. Ce retard se traduit par un attentisme de la part des acteurs de l’immobilier, et notamment du côté des élus. La concrétisation de ce document essentiel pour l’étude et la délivrance de permis de construire ne sera en effet effective au mieux avant 2021, plus vraisemblablement en 2022. Une tendance baissière des mises en marché soulignée récemment par la Fédération des Promoteurs Immobiliers Occitanie Montpellier, et qui devrait donc se poursuivre.

Pour les logements anciens, les indices des prix sur la période étudiée * montre une évolution à la hausse pour l’ensemble des 4 départements : +1,9% pour l’Aude, +1,4% dans l’Aveyron, +2,6% dans l’Hérault et +1,6% dans les Pyrénées-Orientales. Au niveau du ressort du conseil régional, les volumes de ventes sont en progression sur tous les secteurs de la construction (hors logement neuf : -10%) : dans l’ancien + 5% pour les appartements et +4% pour les maisons anciennes ; -5% pour les terrains à bâtir notamment en raison de la raréfaction du foncier disponible près des centres urbains où la demande est forte.

Le conseil régional note un rééquilibrage à Nîmes (une offre plus soutenue notamment dans le neuf) et l’attractivité partiellement retrouvée de Béziers où les opportunités d’acquisition restent nombreuses.

Pour l’ensemble des secteurs du marché, les prix sont disparates en fonction de leur localisation. Sur le département de l’Hérault, les transactions d’appartements anciens, prix médians par secteurs sont de : 3160 euros (+1,1%) pour le littoral, 2610 euros (+1,4%) pour le grand Montpellier, et 2410 euros pour le Pays sétois (-0,8%). (Voir le graphe “principales communes” ci-contre). (DC)

*Statistiques Perval (15 millions de données), période d’étude du 1er juillet 2018 au 30 juin 2019. Indice des prix : 1er mars 2018 au 31 mars 2019.

*Il s’agit de prix médians : 50 % des ventes ont été réalisées à un prix supérieur et à un prix inférieur. Ces prix s’entendent hors droits, hors commissions, hors frais et hors mobilier.

Focus sur l’Hérault


Lire nos articles NOTAIRES

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité