L’immobilier doit-il redouter l’arrivée des Gafa ?

Par |

Après le voyage et l’hôtellerie, l’immobilier pourrait-il être le prochain secteur bouleversé par les Gafa ? L’inquiétude commence à poindre, selon un débat qui s’est tenu lors du récent congrès annuel de la Fnaim, à Paris. Mais ce changement recèle aussi des opportunités.

Le modèle économique d’autres secteurs a été balayé en quelques années, voire en quelques mois. Aujourd’hui, ce sont les professionnels de l’immobilier qui scrutent, inquiets, les premières incursions des Gafa – les géants américains de l’Internet et du numérique – dans leur secteur. Le 27 novembre dernier, à Paris, lors du 72e congrès de la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim), un atelier intitulé « L’arrivée des Gafa sur le marché immobilier : opportunité ou menace ? » a été suivi avec attention. Entre l’hôtellerie et l’immobilier, en effet, la distance est faible. Or, dans ce domaine, des plateformes comme Airbnb ont créé une forme de relation de confiance nouvelle. « Qui aurait imaginé laisser les clés de son appartement à quelqu’un qu’il ne connaît pas ? », illustre Catherine Vandriesse, administratrice de la Fnaim. « La logique d’usage portée par les Gafa arrive aussi dans l’immobilier », estime pour sa part Mohamed Mahi, directeur des systèmes d’information à la Fnaim. Et il est de fait que les clients de l’immobilier sont des internautes, à l’image de l’immense majorité de la population. Plus de neuf personnes sur dix utilisent Google dans le cadre d’un projet immobilier, d’après les statistiques diffusées lors de l’atelier. Dans ce contexte, chacun à sa manière, les Gafa avancent leurs pions dans l’immobilier. Dans certains cas, ils s’adressent au marché directement. Ou proposent des services et fonctionnalités qui pourraient, en s’imposant, leur permettre de s’introduire dans le secteur. Et à partir de là, tout est possible…Très directement, « Facebook a fait une arrivée fracassante dans l’immobilier. Depuis le 25 septembre, les agents peuvent diffuser les annonces sur leurs biens sur la marketplace de Facebook. C’est une nouvelle pratique, différente de celle des sites Leboncoin et Bien’ici. On n’est plus obligé d’aller sur un portail dédié : on trouve les offres sur son réseau social préféré. Pour l’instant, il...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité