Nîmes : les esquisses du futur palais des congrès

Par |

Un magnifique exemple d’intégration en cœur de ville. Le concept imaginé par les agences Chabanne et 3XN va sans aucun doute faire date, tant il s’agit d’aménagement urbain de qualité en milieu urbain contraint. Situé à quelques pas des arènes et du Musée de la Romanité, le nouvel édifice confirme l’originalité et la pertinence de la démarche urbanistique de la capitale gardoise.

Un nouvel édifice symbolique qui va joindre l’utile à l’agréable… Les agences d’architectes choisies par la Ville de Nîmes semblent avoir parfaitement répondu au cahier des charges, visant à créer un palais des congrès en plein centre-ville de Nîmes. La Ville a en effet décidé la construction d’un palais des congrès à l’identité marquée qui doit s’insérer naturellement dans un tissu urbain très dense et respecter la richesse patrimoniale qui l’entoure.

Tous les visuels : © Agences Chabanne + 3XN

Le palais des congrès sera un équipement d’excellente qualité architecturale et environnementale, dispensant un haut niveau de services.

Il sera situé dans un quartier qui concentre plusieurs monuments historiques emblématiques, dans la continuité du Musée de la Romanité et de son jardin archéologique, et contribuera au développement économique et touristique du territoire nîmois.

Le futur palais des congrès proposera une offre globale dans le domaine de l’événementiel, des congrès et des séminaires…

Fluidité des espaces

Avec une organisation spatiale très cohérente, le bâtiment est marqué par la fluidité des liaisons entre les espaces.

Du strict point de vue urbain, ce projet propose notamment la création d’une nouvelle circulation piétonne depuis le cœur d’îlot occupé par le jardin du Musée de la Romanité, pour faciliter l’accès des congressistes et la circulation des Nîmois au quotidien.

La façade, conçue avec des formes courbes, habillée de pierre claire, a retenu l’attention du jury. Le dessin adoucit la perception d’ensemble du volume et permet de se dégager au maximum des avoisinants et de donner de la respiration à l’espace public. Le choix de la pierre et de panneaux texturés, dont l’aspect variera naturellement avec le soleil, a été perçu comme un rappel pertinent de la minéralité et de la lumière qui caractérisent la région méditerranéenne.

Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes, et les architectes des agences Chabanne et 3XN. (© ville de Nîmes)

Pour le confort et le travail des congressistes, un travail manifeste a été réalisé sur les aménagements intérieurs, avec une utilisation judicieuse des espaces de transition et la création d’espaces de convivialité et de travail. Sur le plan technique, on note l’intégration de panneaux photovoltaïques et une proposition ambitieuse de géothermie, qui contribueront à l’obtention d’un label de qualité environnementale.

Un double atrium

Pour le concept architectural, les éléments principaux prennent place en vis-à-vis de la Porte de France (salle plénière) et du jardin archéologique du Musée de la Romanité (superposition Exposition/Commissions/Restauration).

Un double atrium anime le cœur du projet : de part et d’autre de la rue Reboul, un atrium se développe dans chacun des deux bâtiments en vis-à-vis l’un de l’autre : à la fois espace d’accueil des congressistes, déambulation, foyer et circulations verticales. Ce double atrium généreux est le lieu de tous les échanges et de tous les usages. Au deuxième étage, les bâtiments sont connectés par un franchissement de la rue Reboul.

Des ondulations sur la façade et l’ouverture sur la ville

C’est un bâtiment respectueux du contexte urbain : pour une insertion sur-mesure dans le contexte historique et dense du centre-ville de Nîmes, les façades sont repoussées en plusieurs points afin de dégager de l’espace, notamment le long de la rue Ducros et autour de la Chapelle. Ces mouvements sont à l’origine des ondulations sur les façades du palais des congrès, forgeant l’identité du projet.

C’est un palais des congrès ouvert sur la ville : la façade se soulève à plusieurs endroits pour créer des relations privilégiées entre le palais des congrès et l’espace public : halls sur la rue et la nouvelle placette, bar pouvant être ouvert au public sur la place de France, espace d’exposition sur le jardin archéologique du Musée de la Romanité…


Caractéristiques du futur Palais des congrès de Nîmes

Informations détaillées

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Nîmes
Surface : 10.000 m2
Début des travaux : 2022
Livraison : 2025
Maîtrise d’œuvre :
Architectes : Chabanne Architecte et 3XN
Ingénierie : Chabanne Ingénierie
Acoustique : Marshall Day
Scénographie : Scenarchie
Audiovisuel : Atelier Audiovisuel
Eclairage : Atelier Roland Jeol
Paysagiste : Land’Act, OPC : MCG Exploitation

Espaces et fonctionnalité

Déambulations et foyers : en arrivant dans le hall d’accueil, le visiteur découvre une ambiance sobre et dynamique. L’escalier monumental se développe, invitant les congressistes à monter dans les étages. La signalétique discrète, élégante et intelligible, renseigne le visiteur et le guide vers sa destination. Le sol de la rue s’invite à l’intérieur et la façade vitrée apporte la lumière naturelle.

 

La salle plénière

Salle plénière : la salle plénière est un volume simple avec une flexibilité maximale : 700, 500 ou 300 personnes et un balcon pouvant être isolé pour des événements simultanés. Chaleureuse, elle est traitée en bois clair et avec des sièges couleur denim. Les événements de la salle plénière étant principalement organisés en journée, des baies permettent un éclairage naturel diffus de cet espace.

Salle d’exposition : l’espace d’exposition est doté d’une modularité maximale afin de pouvoir accueillir divers types d’événements. Les courbures de la façade génèrent des zones d’ombre tout en offrant une transparence, créant un dialogue avec le jardin et la rue.

Salles de commissions : les salles de commissions sont articulées autour de circulations généreuses agrémentées d’espaces de détente ouverts et flexibles, mais aussi de niches plus intimes. Situées principalement au 2e étage, les salles de commissions pourront accueillir diverses programmations.

Restauration : au dernier étage, surplombant le jardin archéologique, se trouve l’espace  restaurant. Il est composé d’un espace bar, adossé au foyer, qui peut être utilisé pour des manifestations. La salle de restauration, large volume d’un seul tenant pour 500 convives, est un espace de contemplation et de convivialité dialoguant avec le musée et son jardin en face, ainsi que les bâtiments historiques au fond.

L’accueil réception

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité