Futur siège de la FFB34 : le Bâtiment entre en « BIMersion »

Par |

Dans les semaines à venir, la FFB 34 doit signer l’acte d’acquisition d’une partie du site du Domaine de la Providence, à Montpellier, pour y installer son futur siège. Le projet porté par le groupement Roxim - FFB 34 a en effet été retenu par la Métropole.

Le domaine va être valorisé en quatre parties. on trouvera une partie en logements libres, et une autre en logements sociaux. Mais également un parc public aménagé par la mairie de Montpellier. Enfin, la FFB aménagera la partie ancienne avec la chapelle, le cloître et réalisera un bâtiment tertiaire neuf de 2 000 m2. Le nouvel édifice accueillera le siège de la fédération départementale. Ainsi que l’antenne régionale de la FFB Occitanie, l’Institut de formation du Bâtiment (IFRB), le Geiq 34, la BTP Banque. Et peut-être un organisme d’assurance professionnelle précise Thierry Ducros. « Mais sur ce point rien n’est encore décidé », explique-t-il. Le bornage a été effectué la semaine dernière. Le déménagement de la FFB34 est prévu au 2e semestre 2018. La fédération s’installera dans les bâtiments existants, qui vont être rénovés (cloître et chapelle).

« Le BIM, nous y croyons beaucoup »

L’acquisition des bâtiments, des terrains et un droit à construire de 2 000 m2 représentent un investissement de 2 M€. Auxquels s’ajoutent entre 300 et 500 000 euros de travaux. « Le futur bâtiment de bureaux prévu pour 2020. Il nécessitera un budget prévisionnel de 3,5 millions d’euros. Une salle de BIMersion sera créée et peut-être installée dans la chapelle désacralisée, mais cela reste à déterminer » propose Thierry Ducros.

Le BIM est le partage numérique d’informations fiables tout au long de la durée de vie d’un bâtiment. Ou d’une infrastructure, ceci de sa conception jusqu’à sa démolition. La maquette numérique, quant à elle, est une représentation digitale. Elle agrège les caractéristiques physiques et fonctionnelles de ce bâtiment ou de cette infrastructure. A laquelle chaque corps de métier agrège ses données. Ceci pour constituer un véritable dossier numérique de la réalisation. « Nous y croyons beaucoup, assure Thierry Ducros. Ce concept va séduire les jeunes qui veulent entrer dans nos métiers, et il va changer durablement l’image de nos professions. »

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité