Immobilier : une soirée de gala pour le projet Carrousel Gambetta Montpellier

Par |

Le Carrousel du cours Gambetta à Montpellier, qui fut un temple protestant pendant 135 ans, sera demain, un espace social, culturel et artistique composé de 53 appartements, d’une salle de conférences de 200 places, d'un studio radio et d'une salle de rédaction. La Fondation du protestantisme qui préfigure le fonctionnement du Carrousel en organisant des “Matinales“, propose également une soirée de gala - avec notamment l'économiste François Lenglet, Louis Picamoles, Christophe Carniel et Sara Asselin - le 23 mai prochain au Domaine de Verchant, à Castelnau-le-Lez, pour faire connaître le projet.

Une conférence de François Lenglet Grâce à son hétérogénéité, le projet du Carrousel est un terrain propice à l’émergence d’idées. Cette plateforme dont l’esprit dépasse la simple cohabitation, parie sur une collaboration productive. Cette conviction, les responsables du Carrousel (http://le-carrousel.fr) la mettent d’ores et déjà en oeuvre en organisant des “Matinales“. Des personnes de divers horizons se rassemblent pour faire face de manière prospective aux défis du monde d’aujourd’hui. Pour aller plus loin, ils organisent une soirée de gala le 23 mai à 19 heures au Domaine de Verchant, à Castelnau-le-Lez. Le journaliste François Lenglet, spécialiste de l’économie sur France 2 et auteur du livre « Tant pis ! Nos enfants paieront », prix du livre d’économie 2016, y animera une conférence sur le thème “Faut-il croire à la disparition du travail ?“. Des personnalités du sport et de l’économie François Lenglet sera accompagné des deux ambassadeurs du Carrousel, Etienne Leenhardt, directeur adjoint de l’information de France 2, et Louis Picamoles, joueur international de rugby. De leur côté, Christophe Carniel (patron de la société Vogo spécialisée dans la création d’applications dédiées au monde du sport et président de l’Agence de l’Innovation en Occitanie) et Sara Asselin (directrice du pôle Insertion par l’activité économique et l’emploi de l’association Gammes) questionneront François Lenglet à partir de leur expérience. Ce sera l’occasion d’échanger sur une préoccupation : les technologies numériques, l’intelligence artificielle, “l’ubérisation“ débouchent sur une mutation profonde du travail et de notre relation à celui-ci. Face à ces évolutions, comment vont réagir celles et ceux qui sont déjà en marge ? Et celles et ceux qui les accompagnent (associations, éducation, formation, etc) ? Sommes-nous prêts, c’est à dire formés pour ce changement et nos enfants paieront-ils le prix de nos choix ? Il est encore possible de s’inscrire à cette soirée de gala par...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité