Ces projets qui changent la ville : l’Opération Campus Montpellier de la COMUE-LR-Universités

Par |
Pole-Chimie-Balard-Montpellier-Occitanie
Le futur bâtiment de recherche du Pôle Chimie Balard, en cours de réalisation © Région Occitanie. © Reichen et Robert, architectes mandataires.

A la faveur d’annonces récentes (labellisation I-Site et volonté métropolitaine d’intégrer un volet campus universitaire au quartier Cambacérès - La Mogère), l’Hérault Juridique & Economique fait le point, avec Gilles Halbout et la Comue LR-Universités, sur l’avancée de l’Opération Campus. Un projet fédérateur qui associe l’Etat, la Région Occitanie, la Ville et la Métropole de Montpellier, et une grande partie des sites de recherche et de formation. Objectif affiché : cohérence, performance et renouvellement qualitatif des services liés au monde universitaire.

Les chiffres laissent songeur. L’Opération Campus, qui est entrée dans sa phase opérationnelle, concerne environ 60 000 étudiants, 3 300 enseignants-chercheurs et
chercheurs, 2 500 agents administratifs et techniques, 600 000 m² de bâtiments recensés sur 360 hectares d’emprise universitaire… L’effort financier consenti par l’ensemble des partenaires est, lui aussi, significatif : 325 M€ de dotation de l’Etat, 162,5 M€ de la Région Languedoc-Roussillon, des espaces publics par la Ville de Montpellier… et la création potentielle de la ligne 5 du tramway par la Métropole, qui permettrait de relier différents campus aujourd’hui non desservis par le réseau de tram. Le projet initial et concerté prévoit 90 000 m² de constructions nouvelles, la réhabilitation de 50 000 m2 et l’aménagement extérieur de plus de 50 hectares. Après la réalisation du pôle STICS de Saint-Priest, la nouvelle faculté de médecine, le Pôle chimie Balard, le lancement des opérations Village des Sciences et Aménagements en Coeur de Campus et le projet Atrium redessineront l’attractivité de la communauté universitaire montpelliéraine, sous le pilotage de la Comue LR.

Gilles Halbout president COMUE-LRU
Gilles Halbout président COMUE-LRU

La COMUE LR-Universités, coordinatrice

La Communauté d’Universités et Etablissements Languedoc-Roussillon-Universités (Comue LR-U) a été créée en décembre 2014. Elle réunit un ensemble d’établissements autonomes d’enseignement supérieur et d’organismes de recherche qui ont convenu de coordonner leurs actions et de mutualiser certains moyens dans le cadre d’un projet partagé, défini et mis en oeuvre conjointement : l’Opération Campus. « Nous sommes un concept ouvert d’aide à la décision et à
l’expertise dans l’accompagnement de projets intéressant le monde universitaire en Languedoc-Roussillon » précise Gilles Halbout, président de la structure depuis décembre 2016. « Toute proposition qui va dans le sens du renforcement de l’écosystème universitaire sera soutenue, comme celle que vient d’annoncer le président de la métropole sur la zone Cambacérès, près de la gare de La Mogère » explique-t-il, en réponse à la proposition lancée tout récemment par Philippe Saurel.

COMUE-LRU-montpellier-campus-universite

Cœur de Campus au centre des réalisations

Si l’idée générale est d’harmoniser la cohérence et la mise en synergie des 5 grands campus identifiés à Montpellier, l’actualité du projet se porte aujourd’hui sur le secteur Cœur de campus, avec les programmes immobiliers emblématiques déjà listés. Au-delà de la manne financière injectée dans le tissu économique local, Gilles
Halbout insiste sur l’attractivité nouvelle dont va bénéficier l’ensemble du monde universitaire montpelliérain. « La reconnaissance par un jury international de notre projet MUSE, qui vient d’être labellisé I-Site, est un fait très positif pour notre recherche, notre formation et nos spécificités autour des sciences du vivant : agronomie, écologie, environnement, biodiversité, santé… Ajoutée aux reconnaissances Investissement d’Avenir, nos campus vont être davantage encore attractifs pour les chercheurs à l’international, ce qui permettra de maintenir notre capacité de recherche à un haut niveau, tout en se dotant d’équipements et de plates-formes technologiques de pointe » insiste Gilles Halbout.

La place des start-up

Les nouvelles réalisations intègrent également une dimension nouvelle, celle d’espaces partagés entre recherche et entreprises. « Cette notion est bien intégrée dans nos projets, mais on sent que nous sommes encore balbutiants dans l’intégration des entreprises dans le développement des campus », analyse le président de la Comue LR-Universités. De fait, le tissu industriel local compte peu de grosses entités à même de s’investir sur l’ensemble des thématiques de recherche portées par la recherche montpelliéraine. « Nous sommes dans une logique de start-up. Il faut que l’on accompagne ce mode de développement économique » argumente Gilles Halbout. C’est déjà le cas sur un certain nombre de projets, comme la future école de chimie ou l’institut d’électronique (IES) sur le campus Saint-Priest. « Des projets en cours s’y prêtent, comme ceux de la faculté de médecine et des laboratoires de génétique et de génomique en rapport avec le centre hospitalier. Le projet Capital Santé de la métropole, présenté par Philippe Saurel, va dans ce sens. Toutefois, le modèle économique reste encore à trouver » estime Gilles Halbout.

COMUE-LR-universite-montpellier-team
Une partie de l’équipe d’Opération Campus. De gauche à droite : Mélanie Paye, chargée de mission stratégie et programmation immobilière Opération Campus ; Charlène Marin, chargée d’opérations ; Gilles Halbout, président ; Romain Paganelli, directeur général délégué à l’Opération Campus ; et Yann Huot, directeur de la communication. ©HJE 2017 D Croci

Une stratégie partagée menée en interne

L’Opération Campus est portée par la Comue Languedoc-Roussillon Universités (anciennement PRES : Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur). « Les équipes de la Comue sont au service de la communauté universitaire et des institutions. Sur Montpellier, on ne s’est pas placé sur une logique de partenariat public-privé, où l’on délègue la maîtrise d’ouvrage à des prestataires extérieurs ». Non seulement la Comue coordonne ce projet, mais les équipes qui se sont constituées au fil des années se sont positionnées sur l’aide à la décision et la programmation stratégique. Pour le président de la Comue LR-Universités, « Il y a une réelle expertise, un savoir-faire ; une vision stratégique qui n’est pas la vision de la Comue mais l’agrégation des visions de l’ensemble de la communauté universitaire. Ce qui permet de développer une stratégie intégrée et reconnue par l’ensemble des établissements universitaires, en concertation avec les collectivités partenaires et l’Etat ».

Les enjeux immédiats

Sur l’aspect des financements, Gilles Halbout confie : « L’enjeu immédiat pour la Comue et l’équipe de l’Opération Campus, c’est le versement de la dotation, qui doit intervenir cette année. Il va être concomitant avec le début des travaux du Village des Sciences. C’est pour nous un enjeu attendu, parce que nous allons mettre en chantier nos premières grandes réalisations et montrer notre capacité à gérer en interne ce type d’opérations ». L’autre enjeu est celui de la stratégie immobilière sur le site universitaire montpelliérain. L’Opération Campus est vue comme un dispositif au service des différentes institutions. « Il faut que l’on se projette et que l’on amplifie cette logique de service pour être davantage perçu comme un organisme qui coordonne une vision stratégique intégrée, ce qui manquait il y a une quinzaine d’années et qui fait aujourd’hui la cohérence du site. »

COMUE-LRU-operation-Campus-chiffres

 

Pas de partenariat public-privé

Le projet Campus est immense et s’inscrit dans le temps. La Comue LR-Universités a-t-elle pensé à faire appel à des financements privés ? « Nous ne sommes pas aujourd’hui dans cette logique. Pour les montages financiers, nous disposons d’une équipe qui a un réel savoir-faire, non seulement sur les approches financières, stratégiques, mais également pour le suivi des travaux en liaison avec les équipes des partenaires institutionnels, que ce soit la région ou la métropole, et les équipes des universités » explique Gilles Halbout, qui poursuit : « Si l’on fait la somme des compétences, on peut faire aujourd’hui face en termes de maîtrise d’ouvrage sans apport extérieur du privé. Sur le plan financier, je ne connais pas de privé qui donne sans contrepartie, ce qui est logique et normal. Mais les projets immobiliers pour la recherche s’inscrivent dans une autre temporalité. Ils doivent être évolutifs, voire pouvoir changer d’objet de recherche ou faire évoluer la destination des locaux. Les mutations technologiques sont de plus en plus rapides, et l’adaptation doit être quasi constante. Cela demande une grande réactivité. Ce que ne peut pas permettre un PPP, par exemple, dont la finalité et les statuts sont juridiquement figés pour plusieurs années, voire décennies. A nous de démontrer que nous avons un modèle économique viable qui va nous permettre de développer la stratégie partagée et portée par l’ensemble de notre communauté universitaire.»

La ligne 5 de tramway

Objet presque central de la dernière campagne municipale, la ligne 5 de tramway, ajournée, semble revenir d’actualité. De récentes déclarations sembleraient confirmer la prise en compte des attentes de nombreux Montpelliérains et de la Comue LR-Universités. « Dans notre projet, le développement des différentes lignes de tramway – dont la ligne 5, qui doit traverser notre campus de centre-ville – permettra d’unifier Coeur de Campus et de le relier à d’autres campus à ce jour peut-être moins bien dotés, comme celui du Triolet ou celui de Paul-Valéry. Cette ligne pourrait aussi nous permettre de passer à une logique de connexion entre les campus – je pense à SupAgro ou la faculté de pharmacie – ou à l’aménagement de nouveaux campus. Mais bien sûr, la décision de sa réalisation ne nous incombe pas… Disons qu’elle serait un véritable plus pour le monde universitaire » déclare Gilles Halbout.

faculte-medecine-montpellier-fontes-architecte
La nouvelle faculté de médecine conçue par l’architecte François Fontès.

Lire l’article : la future faculté de médecine de Montpellier en images

Atrium-Universite-Paul-Valery-Montpellier-projet
L’Atrium, qui signera la nouvelle entrée côté Université Paul-Valéry – Montpellier 3. © SCAU

Lire l’article : le projet de l’Atrium Université Montpellier 3

village-des-sciences-campus-montpellier-universite
Un des bâtiments du Village des Sciences, situé à l’entrée principale du campus Triolet. © Boyer – Gibaud Percheron – Assus, architectes mandataires, et Trace, architectes associés.

Lire l’article : le projet Village des Sciences Campus Montpellier

Plus d’infos sur : www.operation-campus.fr

Articles connexes

• Montpellier : des cités universitaires nouvelle génération

• Salon de l’Immobilier Montpellier, 30e édition du 10, 11, 12 mars 2017

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toute les semaines dans votre boite mail.