Immobilier : Xavier Bringer « Il faut améliorer l’accès à l’acquisition pour les classes moyennes »

Par |
xavier-bringer-fpi-occitanie-mediterranee-immobilier
Xavier Bringer président de la FPI Occitanie Méditerranée © Carlostudio

Pour le président de la Fédération des Promoteurs Immobiliers d’Occitanie Méditerranée (ex-FPI Languedoc-Roussillon), 2016 a été une bonne année pour la région LR avec 5 716 logements vendus (contre 5 299 en 2015, soit une augmentation de 12 %), mais elle est restée en-deçà des années 2010-2011, durant lesquelles le secteur avait enregistré un pic record de 7 500 ventes. « Nous avons un marché relativement stable, mais concentré sur la métropole de Montpellier. Avec des prix stables,voire en légère diminution sur certaines zones. C’est plutôt positif. Cela montre que le zonage qui a placé Montpellier en zone A n’a pas influé sur les prix » déclare-t-il.

L’année 2016 a également été marquée par une diminution de l’offre. « C’est-à-dire que l’on n’arrive pas à produire assez pour répondre à la demande. C’est un petit peu inquiétant pour la prospective de l’année en cours » relève Xavier Bringer. Des inquiétudes sans doute légitimes, sachant que 2015 et 2016 ont bénéficié de circonstances très favorables, « avec les taux d’intérêt les plus bas que l’on ait connus, un bon dispositif d’aide à la pierre, un prêt à taux zéro renforcé. Cependant, nous n’avons pas tout à fait rattrapé les années noires de 2012 à 2014, qui avaient enregistré une réduction drastique des logements construits » analyse le président de la FPI Occitanie Méditerranée.

Pour Xavier Bringer, l’année 2017 devrait être marquée par une instabilité économique due aux élections présidentielle et législatives, et par la poursuite d’une remontée (déjà constatée) des taux d’intérêt, ce qui pourrait occasionner une fragilité des mises en vente, sous la contrainte grandissante d’une diminution de l’offre et de la raréfaction des stocks de logements disponibles. « Nous avons observé et démontré à plusieurs reprises que les dispositifs de soutien de la demande produisent les effets attendus et qu’ils sont bien utilisés par les ménages » explique Xavier Bringer. L’ex-région Languedoc-Roussillon en sort même vainqueur en 2016 en termes de stabilité du prix de vente (y compris dans la métropole montpelliéraine). Ces résultats démontrent que le passage de la ville de Montpellier en zone A n’a pas fait grimper artificiellement les prix. Ce passage en zone A a grandement profité à la vente des logements et a permis la production d’une offre absolument nécessaire pour accompagner la croissance démographique.

Baisser la TVA pour les classes moyennes

De la même manière, le PTZ majoré est couronné ici de succès et vient en aide aux ménages des classes moyennes en leur facilitant l’accès à la propriété (+ 16 % des ventes à occupants). « Dans un contexte de remontée des taux d’intérêt et dans un environnement politique incertain, les aides doivent être au minimum conservées en l’état, voire être augmentées pour l’achat d’une résidence principale », souligne le président de la FPI régionale. Dans le but de contrer l’augmentation des taux à venir et la hausse  des taxes qui, rappelle Xavier Bringer, sont, en France, les championnes d’Europe (27 % du prix du logement et cinq fois plus élevées qu’en Allemagne), « une TVA à un taux réduit  à 10 % pour les classes moyennes ne serait pas une aide, mais une juste répartition des taxes ! » estime-t-il. Il plaide d’ailleurs pour des prix de vente ciblés et plafonnés pour  cette tranche d’acquéreurs potentiels. « La profession s’engage à plafonner ses prix en collaboration avec l’état et les collectivités locales contre cette baisse de TVA.  Nous pensons qu’elle est absolument nécessaire pour améliorer l’accès au logement » annonce Xavier Bringer. Il souhaite également que l’on lutte collectivement contre les recours abusifs et que la simplification administrative de l’acte de construire, « dont on ne voit même pas le début » selon lui, soit enfin effective. « Les normes continuent à s’empiler et à croître » constate-t-il.

Libérer du foncier

« Afin de continuer le rattrapage du retard accumulé pendant les années noires (de 2012 à 2014), nous ne cessons de rappeler que la libération de l’offre de terrains constructibles est primordiale pour la bonne tenue des marchés et le climat social de nos villes. Ces efforts pour libérer l’offre doivent être collectivement réalisés pour desserrer l’ensemble des freins qui ralentissent la production de logements : les recours abusifs, les normes envahissantes et la rétention foncière. Car c’est bien l’offre qui fait les prix de vente de l’immobilier et le montant des loyers ! » conclut-il.

Articles connexes

L’immobilier neuf à Montpellier : les chiffres de la FPI Occitanie Méditerranée

L’immobilier neuf à Béziers, Sète, Nîmes : les données de la FPI Occitanie Méditerranée

L’immobilier neuf en Languedoc-Roussillon : les chiffres de la FPI Occitanie Méditerranée

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité