Avocats : le garde des Sceaux pour un équilibre entre le secret et la transparence

Par |

A l’occasion de son Congrès 2016, le Conseil national des Barreaux a marqué son attachement au secret professionnel des avocats. Le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, se montre soucieux d’un équilibre entre le secret et la transparence.

 

Dans une société qui veut toujours plus de transparence, le secret professionnel de l’avocat peut être mis à mal. Organisé à Paris (La Défense) par le Conseil national des Barreaux (CNB), qui représente la profession, le Congrès des avocats 2016 a été l’occasion d’en débattre, le 14 octobre, autour du thème « L’avocat, le secret et la transparence ». Il a surtout été intéressant de connaître la position du ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, sur le sujet. Pour le garde des Sceaux, le secret et la transparence sont « deux piliers indispensables parce qu’ils s’équilibrent ». Le ministre de la Justice a bien conscience de la situation actuelle : « aujourd’hui, la transparence rime avec probité et le secret avec suspect ». Opposer les deux mots n’aurait en fait pas de sens. Le ministre les voit plutôt comme des moyens.

Le secret a toute son utilité dans la société. Il permet d’assurer la protec- tion d’intérêts légitimes. Par exemple, le secret de la correspondance pour protéger la vie privée. Pour le garde des Sceaux, le secret est tout à fait positif lorsqu’il a pour but de créer la confiance et de protéger l’individu. « Le secret professionnel est un bien indispensable à la société », a-t-il assuré à l’adresse des avocats. Car il crée une relation de confiance entre l’avocat et son client et assure efficacement le droit à la défense. « Vous êtes débiteurs d’un secret qui vous est imposé. Ce secret n’est pas le vôtre, mais celui du client », a-t-il insisté. Une position assez proche de celle du président du CNB, Pascal Eydoux, pour qui « défendre le secret professionnel n’a rien de corporatiste. Le secret professionnel n’est pas un privilège, mais une lourde charge ».

Le secret de l’instruction

Dans son intervention, le garde des Sceaux n’a pas oublié d’évoquer le fameux secret de l’instruction. Il a rappelé que ce secret avait vocation à faire respecter la présomption d’innocence. Il voit sa violation comme « une atteinte au bien commun ». Le secret du délibéré est également absolu. Le monde économique n’échappe pas non plus à la règle avec le fameux secret des affaires. « Oui, le secret a des atouts ! », a insisté le ministre. Mais des raisons d’intérêt général peuvent passer outre. « Si le secret professionnel doit être protégé, l’impératif de protection fait que l’autorité publique peut en prévoir le percement », a-t-il expliqué. Par exemple, pour la protection des personnes et/ou la lutte contre le blanchiment d’argent sale. Mais qu’en est-il pour les lanceurs d’alerte, au nom de la transparence ? Actuellement en discussion au Parlement, le projet de loi Sapin II définit un cadre juridique du lanceur d’alerte, afin de le protéger. Il fixe des procédures à suivre pour lancer une alerte. Le garde des Sceaux a toutefois reconnu qu’il n’était pas facile de construire un dispositif légal « parfait ».

« Notre société est frénétique de transparence ou de curiosité », a rappelé Pascal Eydoux. Perquisitions dans les cabinets, écoutes des conversations téléphoniques entre un avocat et son client… la profession s’est sentie agressée. A l’occasion de son congrès, le CNB a rendu public un guide pratique intitulé La contestation des perquisitions au domicile et en cabinets d’avocats, rédigé par sa commission Libertés et Droits de l’Homme. Dans les prochains mois, le président du CNB espère bien qu’à l’issue du congrès, une doctrine sur le secret professionnel et l’avocat sera dégagée. Une chose est toutefois sûre : il ne compte pas le partager avec les juristes d’entreprise. « Nous n’accepterons pas que le secret professionnel soit partagé comme vous le souhaitez », a insisté Pascal Eydoux en s’adressant à la présidente de l’Association française des Juristes d’entreprise (AFJE), Stéphanie Fougou, présente dans la salle. Affaire à suivre…

Le ministre salue l’approche constructive du CNB

Lors de son intervention, le garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, en a profité pour saluer ses relations avec le Conseil national des Barreaux. « Avec le CNB, j’ai un interlocuteur constant, loyal, compréhensif… », a-t-il déclaré. Un message appuyé qu’a sûrement apprécié Pascal Eydoux. Car le président du CNB a, devant le ministre de la Justice, rappelé le rôle de l’institution qu’il préside : « L’unité de la profession est ici… Je ferai tout ce qui m’incombe pour conserver notre unité et notre liberté » .

Frédéric HASTINGS

 

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité