Chambre régionale des comptes d’Occitanie : plus de 26 milliards d’euros sous contrôle

Par |
© HJE 2017 D Croci

Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, était à Montpellier le vendredi 27 janvier 2017 pour assister à la première audience solennelle de rentrée de la Chambre régionale des comptes d’Occitanie. La juridiction a présenté son bilan d’activité pour l’année 2016. Le président de la CRC d’Occitanie, André Pezziardi, s’est attaché à cerner le périmètre d’intervention, les enjeux et les défis d’une chambre régionale désormais dans ses murs, renouvelée et soucieuse d’exercer toutes ses compétences et prérogatives, comme l’a précisé le procureur financier Le Mercier.

Pour le procureur financier Jean-Luc Le Mercier, qui a ouvert la série des discours de cette audience, la présence réitérée du premier président Migaud dans les locaux de la CRC d’Occitanie est appréciée par les magistrats et traduit « le signe intangible de l’attention portée à la Chambre régionale ». Cette audience avait une saveur particulière : « C’est la première de la CRC d’Occitanie en tant que structure administrative, après le regroupement des chambres de Toulouse et de Montpellier, effectif depuis le 1er janvier 2016 ». Souhaitant « une année 2017 belle et réussie » – une formulation pleine de modestie cachant une réelle ambition, selon les termes du procureur financier – Jean-Luc Le Mercier a estimé : « une chambre régionale des comptes ne vaut que par la qualité des personnels qui la composent ». Notant des mouvements de personnels « intenses » jamais observés auparavant, du fait de la fusion des structures toulousaine et montpelliéraine, « comparables tant en termes de personnels que de production », le procureur Le Mercier constate que de la promotion 2013, seuls 4 magistrats sont encore présents à la Chambre en 2017. « Il en est de même des vérificateurs et du personnel administratif » précisera-t-il. Le pari qualitatif et quantitatif d’une activité 2016 soutenue a été en grande partie tenu grâce à la formation, qui a porté sur 68 % de l’effectif concerné. Cet effort va se poursuivre, a annoncé le président Pezziardi, notamment par le lancement ce mois-ci d’un projet de chambre qui doit être adopté à l’été et applicable à compter soit du second semestre 2017, soit tout début 2018. Une activité soutenue malgré les aléas de la fusion La crainte que 2016 ne soit une année de transition – car soumise au large reclassement de personnel (49 collaborateurs ont changé de lieu ou de métier), à l’accueil des nouveaux arrivants, à la fermeture des locaux de la...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité