Tribunal de commerce Montpellier : interviews croisées de Bruno Pascal et Jean-Marc Pauzes

Par |
©HJE2017 Daniel Croci

Bruno PASCAL, président du tribunal de commerce depuis six ans (mais qui compte treize années d’engagement comme juge consulaire), a décidé de passer la main. Jean-Marc PAUZES (1) assume désormais la présidence de la juridiction, qui compte 44 juges consulaires. Retour en arrière et perspectives par interviews croisées.

  HJE : Bruno Pascal, vous tournez définitivement la page de votre engagement consulaire ? Bruno Pascal : « Je continue encore un an pour accompagner mes collègues. Il y a un fort renouvellement cette année, avec 10 nouveaux juges : 2 anciens qui reviennent et 8 nouveaux. Ça permet d’assurer une continuité au niveau de la présidence et du contentieux général. Il y a beaucoup de travail. Je ferai quelques audiences de convention générale et des référés. » Avez-vous des visées consulaires régionales ou nationales ? Bruno Pascal : « Non [rires]. Ni régionales ni nationales. Et ce n’est pas dû à un ras-le-bol [rires]. Au niveau régional, on a toujours quelques difficultés à trouver des bénévoles. J’ai été sollicité il y a quelques années et j’avais décliné. Comme pour la conférence générale, où il est sans doute très intéressant d’être administrateur. Je n’ai aucune ambition ni velléités dans ce sens. J’aspire à prendre du temps et à faire d’autres choses sur le plan professionnel. Avec du temps libre pour le développement personnel. » Qu’implique la fonction de juge consulaire ? Bruno Pascal : « C’est une fonction où il faut garder la tête sur les épaules, et le sens de son affaire quand on a la responsabilité de diriger une entreprise – ce qui est mon cas – tout en gardant le sens de l’intérêt général. » Quel est votre sentiment personnel après ces treize années de présence au tribunal de commerce ? Bruno Pascal : « Un sentiment de satisfaction, de mission accomplie. La période n’a pas été très facile, mais pour les chefs d’entreprise qui viennent nous voir, elle n’est jamais facile. Il y a eu la réforme des tribunaux de commerce ; il y a aussi eu la réforme de la carte judiciaire avec le rapprochement des TC de Clermont-l’Hérault et de Sète avec...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité