Bâtonnier Bernard Béral : « Faire à la fois preuve de vigilance et d’humanité »

Par |

Durant deux années, il va présider le Conseil de l'Ordre du barreau de Montpellier, composé de 24 membres élus. Bernard Béral, le nouveau bâtonnier qui succède à André Brunel, précise pour l'Hérault Juridique sa motivation et les challenges qu'il va mener durant son mandat.

Comment appréhendez-vous votre mandat de deux ans (2017-2018) ? Bernard Béral :  » Tout naturellement, je me tourne dans quelques jours vers ce mandat avec sérieux et rigueur. Durant les derniers mois, l’accompagnement de mon prédécesseur, le bâtonnier André Brunel, a confirmé ce que je savais déjà. Le bâtonnat est une lourde charge, et en particulier à Montpellier. Il est vrai que le barreau de Montpellier est à peu près le huitième de France, avec un nombre conséquent d’avocats. On s’approche, avec la prestation de serment du 19 décembre 2016, des 1 200 inscrits, avocats et avocats honoraires compris. Je sais que c’est un mandat exigeant qui induit des sacrifices concomitants à la fois sur les plans de l’exercice professionnel personnel et familial. Mais comme on dit :  » je l’ai voulu, je l’ai eu !  » [rires]. Tous les bâtonniers qui se sont succédé ont aussi confirmé que c’était une expérience riche et prenante que d’avoir l’honneur de représenter le barreau et ses confrères. Au titre des bâtonniers, Me Ferran m’a particulièrement marqué parce que je l’ai côtoyé durant son mandat * et en tant que collaborateur de son cabinet. Le bâtonnier Vérine également, parce que j’ai eu la chance de faire partie de son Conseil de l’Ordre. Je me souviens à la fois de la qualité de ses interventions et du sens de la relation avec les confrères élus au sein du Conseil. «    Quelles sont vos priorités ?  » Mon premier dossier, dès les premiers jours de janvier, sera la mise en place de formations sur la procédure de divorce par consentement mutuel. L’idée est de montrer qu’à Montpellier, l’avocat est en capacité de se mettre en phase avec les textes de loi, sans attendre. Parce que la richesse du barreau de Montpellier est aussi intellectuelle....

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité