Denis Raynal, président de l’ACE : la profession d’avocat doit évoluer !

Par |
denis-raynal-avocat-ace-president

Denis Raynal, président de l’association Avocats conseils d’entreprises (ACE) décrypte le rapport Haeri sur l’avenir de la profession d’avocat, pour l’élaboration duquel il a notamment été auditionné. Interview. Sont notamment abordés : le rapport Haeri, la grande profession du droit, la collaboration qualifiante, la formation des avocats et son financement, les difficultés économiques qu’affronte une partie de la profession…

Quel a été votre sentiment à la lecture du rapport Haeri ? Denis Raynal : « Au sein de l’ACE, nous avons commenté la décision du garde des Sceaux de confier à un groupe de travail dirigé par Kami Haeri la rédaction d’un rapport sur l’avenir de la profession d’avocat. Il n’était pas évident que le ministre de la Justice prenne cette initiative, compte tenu de la période préélectorale, même si le besoin d’analyse prospective et de changement est palpable dans la profession. Nous avons été agréablement surpris par la qualité du travail de cette commission. On pouvait s’attendre à une analyse assez tiède et une position tempérée sur un certain nombre de points. Au contraire, il y a beaucoup d’éléments ambitieux de ce rapport qui rejoignent les positions de l’ACE. Certains vont même au-delà de nos voeux. À la sortie du rapport, j’ai entendu beaucoup de commentaires, certains élogieux, d’autres beaucoup plus critiques, pointant une totale vacuité. Je pense que ces derniers n’ont pas lu ces pages. Quand on analyse le rapport en profondeur, on y trouve de réelles avancées et une vision d’avenir assez clairvoyante qui, certainement, ne doit pas beaucoup plaire aux avocats les plus traditionnels. »   Quels sont, à votre avis, les points les plus audacieux de ce rapport ? « L’avocat salarié en entreprise, par exemple. Il y a même deux passages sur le sujet. Quant à la création d’une grande profession du droit, elle rejoint la position des pouvoirs publics, assez favorables à ce rapprochement. N’oublions pas que ce rapport n’a pas été commandé par le Conseil national des barreaux ou ses composantes, mais par le garde des Sceaux. »   L’ACE a été longuement auditionnée. Retrouvez-vous une partie des idées de l’association dans ce rapport ? « Oui, l’ACE a été auditionnée...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité