Experts-comptables de Montpellier, Philippe Lamouroux : « Notre profession évolue vers l’expert-conseil »

Par |
philippe-lamouroux-2018-ordre-expert-comptable-montpellier
Philippe Lamouroux, le président des experts-comptables de la région de Montpellier.

Le président du Conseil de l’Ordre des Experts-Comptables de la région de Montpellier (Territoire Languedoc-Roussillon et Aveyron) évoque, pour l’Hérault Juridique, les enjeux à venir pour la profession : la notion d’expert-conseil et de spécialisation, l’évolution des compétences des collaborateurs des cabinets, la formation, les nouveaux rendez-vous avec les chefs d’entreprise en région… Interview.

HJE : En ce début d’année 2018, sur quelles thématiques avancez-vous au niveau de l’Ordre ?

Philippe Lamouroux : « L’ensemble de la profession va connaître une année 2018 plutôt chargée. Mais je voudrais d’abord parler d’un sujet d’actualité immédiat. Depuis le 1er janvier 2018, la certification des logiciels et des systèmes de caisse est obligatoire pour les commerçants assujettis à la TVA. Les logiciels ou systèmes de caisse doivent désormais satisfaire aux quatre conditions d’inaltérabilité, de sécurisation, de conservation et d’archivage des données. L’expert-comptable est amené à conseiller ses clients et à vérifier avec lui si les systèmes en place sont bien conformes. Rappelons que le risque fiscal est important car l’amende est de 7 500 € en cas de manquement. [ lire à ce sujet l’article HJE : Logiciel de caisse non certifié : 7.500€ d’amende au 1er janvier 2018]. Au-delà, nos cabinets seront sollicités pour assurer la mise en œuvre des réformes du gouvernement en matières fiscale et sociale qui vont impacter les entreprises dès 2018. Des arbitrages sont à faire. Sans compter la préparation du Prélèvement à la Source (PAS), qui doit être opérationnel au 1er janvier 2019. »

La dimension de conseil est également au cœur des préoccupations de la profession

P.L. : « Oui, absolument, car des changements sociétaux importants sont en cours avec l’avènement de la société numérique et de la digitalisation des entreprises… L’environnement se complexifie, générant une nouvelle opportunité d’accompagnement des PME. Au-delà de nos missions traditionnelles que nous continuons à assumer, la profession a vocation à accompagner le changement et à se positionner en vecteur de croissance des entreprises. La spécialisation fait partie des réflexions en cours pour mieux faire connaître nos périmètres d’intervention plus spécialisés. »

Comment aborder cette problématique ?

P.L. : « Toutes les entreprises savent ce que nous leur apportons en matières comptable, fiscale, sociale, mais elles ne savent pas toujours que nous avons d’autres domaines d’intervention. Ce sujet est important pour les années à venir et il sera abordé lors du congrès national qui se tiendra à Clermont-Ferrand au mois d’octobre 2018. Il faut que la profession apprenne à communiquer et à valoriser ses missions et son travail de conseil ; ce qu’elle fait déjà en partie. Nous devons poursuivre dans cette voie. »

Cette réflexion est-elle déjà abordée au niveau régional ?

P.L. : « Oui. Au plan régional, nous avions quelque peu anticipé. Nous avons ainsi mis en place en 2017 un certificat Accompagnement patrimonial qui permet aux confrères et consœurs qui le suivent d’appréhender dans la globalité la situation patrimoniale de leurs clients et de les aider dans leurs choix : les enjeux pour eux, les risques potentiels et les opportunités d’optimisation de leur situation. Une première promotion a été lancée le 17 octobre dernier avec 18 participants. Ce certificat sera labellisé par l’Ordre, Formega* et AG2R La Mondiale. Il se déroule en trois modules de cinq jours. La seconde promotion que nous envisageons en 2018 est déjà presque complète, preuve s’il en est que notre profession souhaite être une force de proposition dans ce domaine.

Nous avons également mené une réflexion en matière de responsabilité sociétale. La RSE est un sujet qui va progressivement s’imposer dans les PME, et je suis fermement convaincu que l’on va avoir besoin de l’expert-comptable.

…/…

...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité