Interview – Delphine Gallin : « L’avocat conseils n’est pas un avocat à part »

Par |

Delphine Gallin, 41 ans, avocate au barreau de Marseille, a pris la présidence de l’ACE, Avocats Conseils d’Entreprise, il y a tout juste un an. Première femme élue à la tête de cette association, elle fait notamment de l’interprofessionnalité une priorité. Entretien en amont du 27e congrès national les 17 et 18 octobre, à Lyon.

Qu’attendez-vous tout d’abord de ce congrès de Lyon, votre premier comme présidente ?

Un congrès est toujours le temps fort d’un syndicat et je me sens toujours chez moi dans un congrès ACE, presque comme dans une famille. Comme présidente, je suis très fière aussi de la mobilisation des équipes, de l’investissement bénévole des membres dans la préparation et la réussite de cet événement.

Le congrès est également pour moi un moment d’ouverture vers l’extérieur avec l’accueil de nombreux confrères, de décideurs… C’est un vrai partage et j’y suis très attachée. Quel est votre positionnement aujourd’hui par rapport au reste de la profession ? Et, plus largement, quels sont vos rapports avec les professionnels du droit et du chiffre ?

L’avocat conseils d’entreprise trouve ses fondamentaux dans le milieu de l’entreprise. Il porte dans son ADN l’entrepreunariat. Mais notre action s’étend aussi au justiciable au sens large. Pour rappel, la fusion des avocats et des conseils juridiques en 1992 a mis fin à la séparation du juridique et du judiciaire.
A l’ACE, nous sommes ouverts à toutes les pratiques et branches du droit. Nous avons toujours été un fervent promoteur de l’interprofessionnalité et de la grande profession du droit. Nous avons d’ailleurs un partenariat avec l’IFEC (Institut français des experts comptables) et des liens très forts avec l’AFJE (Association française des juristes d’entreprise). C’est assez naturel pour nous, ce sont des professionnels avec qui nous travaillons au quotidien.
J’ai pour ma part beaucoup oeuvré à la réforme des professions réglementées et l’interprofessionnalité lorsque j’étais membre du Conseil national des barreaux et présidente de la commission Statut professionnel de l’avocat.
L’avocat conseils n’est pas un avocat à part. Nous n’avons pas une vision contraire aux intérêts collectifs. Nous sommes au service de l’ensemble de nos confrères.

Suite de l’article dans votre espace abonné, HJE n°3276

...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité