Jérôme Gavaudan : « La Conférence des bâtonniers prône une profession moderne »

Par |
jerome-gavaudan-president-conference-batonniers
Le bâtonnier Gavaudan est avocat au barreau de Marseille. (Photo F. Delmonte)

Bâtonnier du barreau de Marseille de 2011 à 2012, Me Jérôme Gavaudan a été élu président de la Conférence des bâtonniers le 24 novembre 2017. Il succède à Yves Mahiu avec la volonté de s’inscrire dans la continuité et de défendre la profession et sa déontologie. Interview…

Bio express

Agé de 52 ans, Me Jérôme Gavaudan a effectué toutes ses études de droit à la faculté d’Aix-en-Provence. Il est titulaire d’un DEA* de droit du travail et de la santé et a prêté serment au barreau de Marseille en 1990. Il est titulaire du certificat de spécialisation en droit social (école de formation des barreaux du Sud-Est). Plusieurs fois membre du Conseil de l’Ordre, Jérôme Gavaudan a été bâtonnier de l’Ordre des avocats du barreau de Marseille pour 2011 et 2012. Il est toujours membre du Conseil de l’Ordre. Elu au Conseil national des barreaux, il est chargé d’enseignement à l’Ecole des avocats du Sud-Est.

* Diplôme d’études approfondies.


L’interview

Quelles sont les grandes missions de la Conférence des bâtonniers ?

Jérôme Gavaudan : « La Conférence, c’est l’institution dans laquelle se regroupent tous les bâtonniers en exercice : 162 barreaux, sauf Paris. Sa mission essentielle est de porter la voix des bâtonniers, des Ordres et des Conseils de l’Ordre. Elle a une vocation de service aux Ordres et aux bâtonniers, d’information, de formation, de veille déontologique, de communication spécifique de ce que sont les Ordres au niveau national. Elle assure aussi une mission de représentation des valeurs de l’ordinalité, sans être en concurrence avec l’institution représentative de la profession qu’est le Conseil national. »

Quelles relations y a-t-il entre le CNB et la Conférence des bâtonniers ?

« Elle est complémentaire et pas concurrente du CNB, ni en vis-à- vis. Elle est à l’intérieur du CNB de par ses élus au sein du CNB. Il y a même un groupe réservé à l’ordinalité de 24 membres, au sein du CNB. C’est presque un quart du CNB. Pour moi, les choses sont claires. C’est pour cette raison que j’ai grand plaisir à animer cette institution, à la faire vivre. »

Quelles sont vos priorités ?

« Dans ce type de fonction, avec des mandats courts de deux ans, il faut rester modeste et à sa place. Pas de fausse modestie, mais de l’humilité. On s’inscrit dans la Conférence, comme dans le bâtonnat, c’est-à-dire dans ce qui a été fait et se fera.

...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité