Questions à Charles Zwiller, président de l’UJA Montpellier

Par |
Charles Zwiller, avocat généraliste, est le président de l’UJA Montpellier. A 32 ans, il entre dans sa 5e année d'exercice. Marion Jolly, sa vice-présidente, entame à 30 ans sa 4e année d'exercice (s'oriente vers le droit public et de la construction). Photo : HJE, Daniel CROCI

Charles Zwiller, président de l'Union des Jeunes Avocats de Montpellier, accompagné de Marion Jolly sa vice-présidente, a signé la nouvelle convention de partenariat avec la CCI Hérault. L'occasion d'évoquer avec lui les actions locales et les attentes des jeunes avocats montpelliérains.

Quelles sont les nouveautés de cette convention signée avec la CCI Hérault ?

C. Z. :  » Cette action a été testée en 2014, puis conventionnée en 2015. Avec cette nouvelle convention, nous doublons le nombre de permanences organisées chaque mois. Nous nous adressons désormais aux porteurs de projets et aux entreprises déjà créées. Les entretiens restent individualisés : un conseil pour un porteur de projet ou un entrepreneur.  »


A lire aussi sur ce site : • CCI Hérault – Union des Jeunes Avocats : des rendez-vous experts gratuits pour les entreprises et créateurs


 

L’actualité, c’est aussi un nouveau garde des Sceaux. Quelles sont les actions prioritaires attendues par l’UJA Montpellier ?

C. Z. :  » Je précise que l’UJA* est un syndicat apolitique, mais qui a des attentes. Nous souhaitons notamment que le rôle et la place de l’avocat soient reconnus à leur juste valeur, à la fois comme auxiliaire de justice et partenaire de la justice. Et que les moyens nécessaires soient donnés à la profession pour qu’elle puisse exercer et développer ses activités. M. Bayrou est sans doute attendu sur l’aide juridictionnelle. Faute d’une clientèle développée, les jeunes avocats ont vocation à accepter l’A J. Et son budget est aujourd’hui dramatiquement bas. Selon les diverses études menées, il faudrait qu’il soit tout simplement doublé. Il faut savoir qu’un avocat qui intervient en droit pénal pour traiter un dossier-client passe environ cinq à six heures. Il reçoit pour cette prestation 190 euros, sur lesquels il doit payer ses charges. L’indemnisation de l’avocat nécessiterait bien d’être revue à la hausse. La fédération nationale des UJA s’est emparée depuis longtemps de cette question vitale, notamment pour ceux qui entrent dans la profession. Il y a aussi les moyens donnés à la Justice en général, le nombre de magistrats, et les conditions matérielles dans lesquelles la Justice s’exerce, qui mériteraient d’être plus sereines.  »

Un gala qui promet, le 30 juin au Pasino

Quelles sont les actions à venir de l’UJA Montpellier ?

C. Z. :  » Ce sont essentiellement des actions centrées sur les confrères pour le développement du lien social, avec des activités conviviales, de loisirs, sportives… Notre gala annuel aura lieu le 30 juin prochain au Pasino de La Grande-Motte. Il est ouvert à tout le monde, avec un spectacle animé – comme le veut la tradition – par les avocats de l’UJA. Il y aura pas mal d’autodérision et un regard décalé sur la justice locale, le tout dans une ambiance festive. Au-delà de cet événement, l’UJA, c’est l’accompagnement des jeunes confrères au quotidien, l’assistance, et une écoute discrète et toujours anonymisée.  »

Est-ce compliqué d’être jeune avocat ?

C. Z. :  » Après sept années d’études et souvent une première collaboration, ce qui est difficile, c’est de s’installer et de créer sa clientèle. Grâce au minimum de rémunération mis en place par l’UJA, on peut vivre de son métier, sans toutefois gagner très bien sa vie au début. A Montpellier, on dénombre 1 200 avocats en exercice, contre 500 en 2005 ! Sans pour autant que la surface économique locale et la clientèle aient doublé. Mais pas d’alarmisme. Je reste optimiste sur l’avenir de notre profession et sur la possibilité qu’un jeune avocat puisse exercer sa vocation et trouver sa juste place.  »

Propos recueillis par Daniel CROCI

* L’Union des Jeunes Avocats regroupe, à Montpellier, 120 robes noires, soit 10 % des 1 200 avocats inscrits au barreau de Montpellier. Etre jeune avocat membre de l’UJA signifie avoir moins de 40 ans… « mais il n’y a chez nous aucune exclusion », confie Charles Zwiller.


A lire sur ce site : • Bâtonnier Bernard Béral : « Faire à la fois preuve de vigilance et d’humanité »


> Plus d’infos sur l’UJA Montpellier sur : http://uja-montpellier.fr/

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité