Soirée Ecozoom sur l’économie régionale : des commissaires aux comptes inquiets

Par |
Philippe Lamouroux, président du Conseil de l’ordre des experts-comptables de la région de Montpellier, lors de la soirée Ecozoom, le 4 avril 2018. © HJE 2018, D. Croci.

A l'occasion de la publication du nouveau baromètre Ecozoom Image PME organisée par le Conseil de l’ordre des experts-comptables au Domaine de Verchant (Montpellier), Philippe Lamouroux, président du Conseil a en préambule, nuancé le relatif optimisme de la profession en lançant une alerte voire une alarme, liée aux inquiétudes de la « profession sœur » des commissaires aux comptes.

Alors que Philippe Lamouroux présentait les données du baromètre Ecozoom à Montpellier, le montpelliérain Steve Amat, président de la Compagnie régionale des Commissaires aux comptes, était à Paris ce mercredi 4 avril pour suivre le dossier ministériel** portant sur le relèvement annoncé des seuils d’intervention du commissariat aux comptes, qui pourraient passer de 2 millions d’euros pour les SAS et 3 millions d’euros dans les SARL, aux seuils européens, soit 8 M€ de CA.

« Cette mesure nous ferait perdre 80 % de nos mandats sur la région ex-Languedoc-Roussillon, et remettrait en cause 500 emplois supprimés dans les cabinets régionaux, a commenté Philippe Lamouroux à l’occasion de la soirée Ecozoom. 11 000 emplois et 60 % des mandats au niveau national sont en jeu. » La mission de commissariat aux comptes est une mission d’intérêt général dans la continuité d’un service public, a-t-il rappelé. Elle a un rôle de vecteur de confiance dans l’économie française. « N’est-il pas paradoxal de vouloir la minimiser dans la sphère privée, alors que le politique l’impose quand il y a l’usage de fonds publics ?

On le voit dans le secteur associatif dès qu’il y a plus de 153 000 euros de subventions, dans les centres hospitaliers, dans les universités, et même en test dans les collectivités publiques. A l’heure où l’Italie, qui avait remonté ses seuils, vient de les redescendre à 2 millions d’euros de CA, et où la Suède et le Danemark réfléchissent à faire de même, on comprend mal la position de la France pour ce vecteur d’équilibre de l’entreprise et de sécurisation de l’économie qu’est le commissariat aux comptes. D’autant plus que l’Etat…

** Lire à ce sujet notre interview de Steve Amat, président de la Compagnie régionale des commissaires aux comptes, publiée dans notre édition du jeudi 8 février 2018 (n° 3189) sous le titre « Le commissariat aux comptes est à un moment crucial de son existence », disponible en ligne sur www.herauljuridique.com.

Cet article est à consulter dans votre espace abonné, rubrique L’Hebdomadaire, puis accédez au n°3198

...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité