Clermont-l’Hérault : investissements, nouveau logo, sortie de l’interco… Gérard Bessière a présenté son projet de territoire

Par |
Gérard Bessière, maire de Clermont l’Hérault, devant le nouveau logo de la Ville. © HJE 2021, Daniel Croci

Pour renforcer l’attractivité et l’image de la Ville, l’équipe municipale a programmé sur 2021 environ 5,8 millions d’euros pour la réalisation de divers travaux et équipements. Son retour en lumière pourrait également se faire hors de la Communauté de communes du Clermontais. détail des principaux travaux et équipements qui vont être mis en chantier…

Avec 9 122 habitants au dernier recensement de l’Insee (2018), entité urbaine d’un bassin de vie de 15 000 habitants, avec 165 agents municipaux et 886 entreprises implantées sur la commune, Clermont-l’Hérault est une ville carrefour. Son aura a été quelque peu éclipsée ces dernières années par la montée en puissance de la ville de Gignac et l’attractivité culturelle de Lodève, les deux autres bourgs-centres du Pays Cœur d’Hérault. Pour renforcer l’attractivité et l’image de la commune,  la municipalité s’apprête à programmer sur 2021 environ 5,8 millions d’euros dans la réalisation de divers travaux et équipements.

Son retour en lumière pourrait également se faire hors de la communauté de communes du Clermontais (lire l’encadré). Un différend existe en effet entre la municipalité et l’intercommunalité, du fait du manque de concertation dans les prises de décisions, estime Gérard Bessière, le maire de Clermont-l’Hérault. « Si elle n’a pas toutes les compétences – dont certaines sont dévolues à la Communauté de communes – une ville peut agir dans tous les domaines » a déclaré le premier magistrat de la ville à l’occasion de  la présentation du projet de territoire de sa commune le 11 janvier dernier.

 

© Photo HJE 2021

Un nouveau logo pour Clermont-l’Hérault a été présenté lors de la conférence de presse le 11 janvier. Multicolore et rayonnant, il rompt avec le précédent, essentiellement monochrome.

Retisser du lien social  entre le centre ancien et le secteur de la gare

Clermont-l’Hérault, qui vient d’obtenir  le label Ville de demain, avance sur son contrat de centre-bourg passé avec la Région Occitanie (avec la mise en place du permis de louer). La ville dispose d’un riche patrimoine – avec 9 édifices protégés au titre des Monuments historiques (11 classés au total) – mais très fortement dégradé. Dans le projet de territoire, la priorité sera donnée à la rénovation du centre-ville comme axe de levier du développement économique et touristique.

A l’exemple de la restructuration et de l’embellissement de places aujourd’hui saturées, notamment dans le quartier du Pioch, qui possède un fort potentiel piétonnier. L’idée est de recréer un bourg-centre attractif et un patrimoine valorisé au bénéfice des commerces et des services déjà présents. OPAH Habitat, opération façades, restauration des jardins et micro- fleurissement sont ainsi prévus  dans le cadre de la réhabilitation.


Sortir de la CC  du Clermontais

Le différend sur l’aménagement du Lac du Salagou (lire en partie abonné et notre article Projet de territoire et nouveau nom pour la CC du Clermontais) est l’une des raisons qui décident aujourd’hui l’équipe municipale à quitter l’intercommunalité. « Des rencontres ont eu lieu avec  la Communauté de communes du Lodévois-Larzac, qui nous a très bien reçus » a indiqué Gérard Bessière. La volonté de la municipalité est d’intégrer la CC lodévoise au plus tôt en janvier 2022. Elle utilisera pour cela la voie dérogatoire, même si, in fine, il reviendra au préfet de l’Hérault de décider de la faisabilité de cette mutation territoriale. Pour mener à bien sa démarche, la ville de Clermont-l’Hérault a finalisé un projet de territoire qui doit permettre de baliser les premières approches entre elle
et la CC Lodévois-Larzac. (DC)


« Nous voulons un scanner à Clermont »

Dotée d’un hôpital, d’un comptoir médical, d’une maison d’accueil spécialisée et d’importants réseaux de santé (SMUR, 5 pharmacies…), la municipalité espère obtenir la venue d’un scanner pour compléter les équipements médicaux. 707 professionnels de la santé exercent au quotidien sur la commune. « Nous voulons un scanner sur la commune. Le bassin de vie de Clermont représente plus de 15 000 habitants, chiffre que confirment les statistiques de l’Insee. Cet équipement est nécessaire pour compléter l’offre de soins du Clermontais et renforcer l’attractivité de notre territoire, en synergie avec les villes de Gignac et de Lodève. »

Scolarité, sports : de nouveaux équipements

Le projet de pôle scolaire… (Suite de l’article dans votre espace Abonnés)

...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité