Le Contrat de ruralité Cœur d’Hérault 2017-2020 entériné

Par |
La sous-préfecture de Lodève © HJE 2016 D Croci

Le jeudi 5 janvier 2017, le premier Contrat de ruralité de l'Hérault, qui concerne le Coeur d’Hérault, a été signé en présence du ministre de l’Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales et les représentants du territoire. Pour ce projet de territoire qui unit trois communautés de communes, le Contrat de ruralité Coeur d’Hérault 2017-2020 propose de répondre aux défis d’un espace rural dynamique en pleine mutation.

Regroupant trois communautés de communes (Vallée de l’Hérault, Clermontais, Lodévois et Larzac), situé au carrefour de Montpellier, Béziers et Millau, le territoire du Cœur d’Hérault représente un bassin de vie de près de 80 000 habitants en forte croissance démographique (+ 2,6% en quinze ans). Dans ce contexte, le Contrat de ruralité Cœur d’Hérault semble particulièrement exemplaire par le nombre d’institutions impliquées autour des mêmes objectifs. Aux côtés des trois intercommunalités, huit acteurs s’engagent : la région Occitanie, le conseil départemental de l’Hérault, le syndicat mixte du Pays Cœur d’Hérault, la Caisse des dépôts et consignations, l’agence régionale de santé ainsi que les trois chambres consulaires (CCI, CMA, CA).

La charte « Contrats de ruralité » sera annexée à l’avenant au Contrat de plan Etat région signé à Toulouse vendredi 6 janvier 2017. Deux autres Contrats de ruralité sont appelés à être signés cette année dans l’Hérault et une quarantaine dans la région Occitanie. Signe d’un véritable intérêt des élus locaux pour cette démarche partenariale nouvelle, 30 contrats ont d’ores et déjà été signés, et de nombreux projets sont en cours d’élaboration. Une bonne centaine de contrats doivent être conclus d’ici la fin janvier annonce le ministère qui précise que 216 millions d’euros du Fonds de soutien à l’investissement local (FSIL) leur seront dédiés chaque année en plus des crédits de droit commun de l’Etat.

 

Les points forts du Contrat de ruralité Coeur d’Hérault 2017-2020

Ce contrat doit permettre de garantir :
• l’accès aux services publics, aux services marchands et aux soins grâce au déploiement accru de maisons de services au public (MSAP) et à l’adaptation de l’offre aux territoires ruraux, conformément aux mesures actées par les CIR.
• la revitalisation des bourgs-centres, pour conserver l’attractivité du territoire et sa configuration multipolaire, en soutenant les commerces, les entreprises et en veillant au raccordement en très haut débit.
• l’attractivité territoriale en matière d’offre foncière, d’attractivité économique, touristique et agricole.
• les mobilités locales et l’accessibilité, grâce à des plans de mobilité durable et des plates-formes dédiées.
• la transition écologique et énergétique, pour assurer notamment, le partage de la ressource en eau et maintien de la biodiversité et des paysages.
• la cohésion sociale : réussir l’accueil des nouvelles populations, impliquer les habitants, favoriser l’accès à la culture.

(Source Ministère de l’Aménagement du territoire / DC)

Repères

Les trois comités interministériels aux ruralités (CIR) ont se sont tenus en à peine plus d’un an, ont permis d’acter 104 mesures qui concernent tous les domaines de la vie quotidienne des citoyens des territoires ruraux. Les Contrats de ruralités sont un dispositif phare de cette action menée par le Gouvernement en faveur du milieu rural. Ils représentent pour la ruralité l’équivalent des Contrats de ville pour les territoires urbains.

Articles connexes :

Dossier / Magali Caumon, référent ruralité : https://heraultjuridique.com/decideurs/institution/magali-caumon-prefete-lodeve-octobre-2016/

 

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité