Un réseau de 18 à 19 Maisons de Services au Public dans l’Hérault en 2018

Par |
magali-caumon-sous-prefete-lodeve-prefecture-herault

Magali Caumon, sous-préfète de Lodève et « Référent ruralité » à la préfecture de l’Hérault, était présente à l’occasion de la cérémonie de vœux du préfet Pouëssel (voir l'article sur le site). Elle précise, pour l’HJE, l’avancée du réseau des MSAP.

Fin mai 2016, le préfet de l’Hérault Pierre Pouëssel (Voir l’article Vœux 2018 du préfet de l’Hérault) a délégué à Magali Caumon la mission de « Référent ruralité » à la suite du 3e comité interministériel aux  ruralités (CIR). La sous-préfète est notamment chargée de l’élaboration du Schéma départemental d’amélioration de l’accessibilité des services publics. Ce schéma d’une durée de six ans vise à améliorer la présence des services au public, qu’ils soient publics  ou du secteur marchand. Magali Caumon est également chargée de la création des Maisons de Services au Public (MSAP), l’un des outils inclus dans le Schéma départemental.

De zéro MSAP en 2016 à près de 20 en deux ans

« Nous avions, fin 2017, 15 MSAP fonctionnelles sur le département, contre zéro en 2016. Le préfet a souhaité qu’elles soient mises en réseau pour favoriser les échanges d’expériences et d’informations. Le réseau se réunit 2 à 3 fois par an à cette fin. Il va s’étoffer en 2018 de 3 à 4 nouvelles MSAP, dont une à Saint-Martin-de-Londres et une dans le quartier Lemasson à Montpellier. Elles seront opérationnelles dès ce printemps. Une autre sera ouverte à Clermont-l’Hérault au 3e trimestre 2018. L’offre de ces MSAP se situe au-dessus de la moyenne nationale, avec 7 services en moyenne assurés par des partenaires publics et privés.

Nous souhaitons optimiser ces offres en développant d’autres services. Nous essayons aussi de renforcer l’itinérance de certaines MSAP, dont 2 proposent des points de rencontre délocalisés afin de mieux répondre aux attentes des habitants. La question du numérique est particulièrement étudiée. A l’heure de la dématérialisation des démarches administratives et préfectorales, l’idée est de développer de nouveaux points d’accès au numérique pour faciliter cet usage, notamment en milieu rural. »

Propos recueillis par Daniel CROCI

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité