L’agence de l’eau publie son rapport sur l’état des eaux en Languedoc-Roussillon

Par |

L'agence de l'eau publie son rapport sur l'état des eaux, qui s'appuie sur 4,5 millions d'analyses annuelles réalisées dans les rivières, nappes d'eau souterraines et lacs des bassins des zones Rhône-Méditerranée et Corse pour évaluer l'état des eaux. 50% des rivières sont en bon état écologique. La pollution régresse en Languedoc-Roussillon. Mais l'artificialisation, les barrages et les prélèvements d'eau perturbent le bon fonctionnement de la rivière. Les eaux souterraines sont globalement en bon état. Enfin, la surveillance des rivières se perfectionne.

Ce rapport a été réalisé par l’agence de l’eau à partir des données individuelles annuelles mesurées dans les bassins Rhône-Méditerranée et Corse et des données de ses partenaires. Le bon état des eaux est une notion juridique définie pour l’Europe entière par la directive cadre sur l’eau de 2000. Elle correspond aux conditions permettant le bon fonctionnement des processus écologiques ainsi que la présence et le maintien de la faune et de la flore aquatiques.

Régression de la pollution en Languedoc-Roussillon

La qualité des cours d’eau s’améliore. La pollution domestique a fortement régressé depuis 25 ans grâce à l’installation de stations d’épuration performantes. Dans la partie Languedoc-Roussillon du territoire occitan, la moitié des rivières sont en bon ou très bon état (comme la moyenne du bassin Rhône-Méditerranée). Les cours d’eau situés à proximité des grandes agglomérations et des zones de grandes cultures agricoles (Lauragais en particulier) sont les plus touchés par les pollutions. En revanche, les zones de montagne et les têtes de bassin versant sont davantage préservées (Pyrénées, hauts cantons de l’Hérault, Cévennes).

La pollution par les substances toxiques (pesticides ou autres micropolluants) diminue également progressivement dans les rivières grâce à des politiques en faveur d’une agriculture plus durable et aux investissements effectués par les industriels pour mieux traiter leurs eaux usées. La toxicité des pesticides dans les rivières a chuté de moitié ces dix dernières années, grâce à l’évolution de la règlementation, qui retire …

...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité