L’Agglomération Béziers Méditerranée reconnue Territoire d’industrie

Par |
carte-occitanie-departements

Lors du Conseil national de l'Industrie du 22 novembre 2018, le Premier ministre Edouard Philippe a présenté un nouveau dispositif d'accompagnement au service des territoires à forte dimension industrielle. Le territoire d'industrie « Béziers - Sète » a été sélectionné pour participer à ce projet.

1360 millions d’euros destinés aux projets des territoires d’industrie

Ce projet regroupera 4 intercommunalités : la communauté d’agglomération Béziers Méditerranée, la communauté de communes de la Domitienne, la communauté d’agglomération Hérault Méditerranée et Sète Agglopôle Méditerranée et ne concernera que les EPCI comme celui de l’agglomération Béziers Méditerranée. Les entités vont devoir se rapprocher les unes des autres pour avancer ensemble et  se répartir les différents dossiers. 1.360 millions d’euros seront prioritairement fléchés vers les projets des territoires d’industrie.

Une mobilisation pour le développement de l’industrie

À l’échelle nationale, 124 territoires, répartis dans toute la France, ont été identifiés comme « territoires d’industrie ». En grande majorité, ils se situent en dehors des métropoles. Ce sont des intercommunalités situées dans les campagnes, les espaces périrubains, les villes petites et moyennes présentant une forte identité et un savoir-faire industriels et où l’ensemble des acteurs, notamment les entreprises et les collectivités locales, sont mobilisés pour le développement de l’industrie. Leur superficie correspond à peu près à celle d’un bassin d’emploi et de consommation. Cette liste ni figée, ni fermée, pourra évoluer en fonction des enjeux territoriaux.

L’Occitanie compte 10 territoires d’industrie

  • Aurillac – Figeac – Rodez
  • le Bassin d’Alès
  • Béziers – Sète
  • Castelnaudary – Castres
  • Gard Rhodanien
  • Interdépartemental Gers Tarn-et-Garonne
  • Narbonne
  • Pau – Tarbes
  • PETR Comminges et Nestes
  • PETR d’Ariège.

Ces territoires vont signer, dans les prochains mois, un contrat de projet territorial industriel pour formaliser les engagements des parties prenantes.

Un dispositif qui repose sur un principe de concentration des moyens

Le pilotage et l’animation associeront les élus locaux, maires, présidents d’EPCI, les industriels, les conseils régionaux et l’Etat. En tant qu’acteur principal du développement territorial économique, la Région occupera un rôle central. Les présidents de région seront ainsi les pilotes du dispositif et assureront, au niveau régional, le pilotage contractuel d’ensemble, en lien avec l’État en région et les opérateurs. Le gouvernement souhaite que les régions passent les premiers contrats d’ici mars 2019.

Il repose également sur un principe de concentration des moyens, à la fois financiers, administratifs, techniques et humains. Ces territoires bénéficieront ainsi d’un accompagnement personnalisé sous forme de « panier de services » composé de 17 mesures dont ils pourront se saisir pour développer ou renforcer leurs projets de territoire, afin de répondre aux 4 thématiques prioritaires : recruter, innover, attirer des projets et simplifier.

Recruter : expérimentation d’un « volontariat territorial en entreprise », mobilisation du plan d’investissement dans les compétences pour répondre aux besoins de formation…
Innover : mise en place de centres d’accélération pour accompagner à la transformation des PME vers l’industrie du futur, mobilisation du dispositif « Territoires d’innovation »…
Attirer : intégration des besoins d’accès à Internet à très haut débit fixe, appui aux territoires pour la définition et la mise en œuvre d’une stratégie d’attractivité, mobilisation de la Banque des Territoires…
Simplifier : lancement d’un appel à projets « France expérimentation » pour faciliter les demandes de dérogations administratives et réglementaires…


Les dix territoires d’industrie en Occitanie :

– Aurillac – Figeac – Rodez : Marqué par une forte culture industrielle, ce bassin présente un dynamisme important dans les domaines de l’aéronautique, de la mécanique et de l’outillage.
– Bassin d’Alès : Initialement empreint d’une tradition minière, le bassin alésien a engagé sa mutation dès les années 1970 pour faire éclore un tissu de sous-traitance relativement dense. Son développement est aujourd’hui centré autour de quelques filières stratégiques : mécanique et mobilité durables, agroalimentaire, éco-industries, sous-traitance industrielle et industrie de pointe.
– Béziers-Sète : Bénéficiant du dynamisme apporté par le port de Sète, ce territoire poursuit son développement sur des secteurs industriels ciblés que sont la mécanique de précision et la maintenance industrielle, les énergies renouvelables et la logistique/transport.
– Castelnaudary Castres : Ayant connu des mutations récentes, le bassin de Castelnaudary est un point focal de l’activité industrielle du département de l’Aude, avec un fort pôle agroalimentaire, ainsi que quelques niches économiques. Doté d’une forte culture entrepreneuriale, Castres est notamment un vivier de pointe pour les industries et technologies de santé.
– Gard Rhodanien : Le territoire bénéficie d’un réel dynamisme dans le secteur de l’énergie (nucléaire sur les sites de Marcoule & Tricastin) des technologies de pointe pour l’environnement et les industries agroalimentaires.
– Interdépartemental Gers Tarn-et-Garonne : Constituant une réelle interface entre Toulouse et les départements du Gers et du Tarn-et-Garonne, le territoire a une opportunité de consolider ses deux pôles d’excellence majeurs dans la sous-traitance pour l’aéronautique et l’innovation dans le domaine agroalimentaire.
– Narbonne : Bénéficiant d’une dynamique créée par les activités maritimes et portuaires, le narbonnais possède de réelles opportunités de développement dans les éco-industries et l’éolien flottant.
– Pau – Tarbes : Ce territoire interrégional possède une forte identité industrielle en raison de la présence historique de grands groupes industriels. Il se mobilise pour accroitre son positionnement dans les industries de pointe : mécanique, aéronautique et ferroviaire.
– PETR Comminges et Nestes : Ce territoire possède des atouts variés, notamment autour de l’exploitation des ressources naturelles – bois en particulier – et accueille des grands sites industriels dans le domaine de l’automobile et de l’industrie lourde qui sont à l’origine de son dynamisme.
– PETR d’Ariège : malgré les crises des secteurs traditionnels textiles en Pays d’Olmes, la vocation industrielle de ce territoire se maintient en tirant notamment parti du développement de la filière aéronautique.

Ce soutien fera l’objet d’une contractualisation pour chaque Territoire d’industrie. Un point d’étape sera effectué à la prochaine réunion du Conseil national de l’Industrie (CNI) en mars 2019.

 


Lire notre article

Agglomération Béziers Méditerranée

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité