Le numérique, nouvelle frontière des régions ?

Par |

Les régions s’attachent à se positionner comme des territoires favorables à l’innovation et aux techno- logies. Au récent salon VivaTech, à Paris, une dizaine d’entre elles présentait leurs incubateurs et une sélection de leurs start-up.

Les régions étaient présentes en force. Du 16 au 18 mai, une dizaine d’entre elles ont participé au salon VivaTech, dédié aux start-up et à l’innovation à Paris, qui a concentré quelque 2.300 start-up, de grandes entreprises provenant du « vieux monde », telles EDF ou LVMH, ou encore de 3.330 investisseurs, mais aussi de nombreux représentants d’incubateurs… Parmi les régions présentes figuraient notamment les Hauts-de-France, la Normandie, le Grand Est, la Bourgogne-Franche-Comté, l’Occitanie, ou encore l’Auvergne- Rhône-Alpes, qui se présentait sur son stand comme « la région des start-up ». Mais toutes affichaient une même ambition : se faire connaître comme un territoire favorable au numérique, attirer investisseurs et entrepreneurs en leur présentant leur écosystème d’incubateurs et accélérateurs, ainsi que leurs start-up. Ces dernières profitant de cet affichage pour séduire d’éventuels clients ou investisseurs. Signe de l’importance de l’enjeu, plusieurs présidents ou vice-présidents de régions ont fait le déplacement, à l’image de Xavier Bertrand sur le stand des Hauts-de-France. Là, était présentées une quarantaine de start-up, ainsi que huit des structures qui les ont vu se développer, comme Plaine images, centré sur les industries créatives, ou Euratechnologies, l’incubateur principal et historique de la région avec ses 300 start-up. « Nous venons mettre en valeur nos start-up, montrer leur potentiel aux investisseurs et aux clients, et aussi, montrer le potentiel d’Euratechnologies aux grands groupes. Au total, nous avons une quinzaine de nos start-up disséminées sur le salon, par exemple chez EDF ou Atos. Et sur notre stand, nous en présentons huit », explique Yann Kervarec, directeur des programmes d’Euratechnologies. Les domaines sont variés. Par exemple, la start-up Sublissime, propose des solutions professionnelles de photographie, tandis que la plateforme Turbo Cereal, une place de marché dans le domaine agricole. La concurrence vient aussi de l’étranger L’an dernier, Euratechnologies avait déjà participé à VivaTech. L’incubateur a ouvert la voie...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité