A Montpellier, la vitesse bientôt réduite à 30 km / heure

Par |
Un carrefour avec passage piétons.

Les fous du volant n’ont qu’à bien se tenir. Les gens pressés aussi. A compter du mois de juillet 2021, la vitesse maximale autorisée dans de nombreuses rues de la ville sera limitée à 30 km / heure. Certains grands axes resteront cependant à la vitesse actuelle autorisée, soit 50 km / heure.

De nombreux accidents récents ont conduit le maire et président de la Métropole de Montpellier, Michaël Delafosse, l’adjoint à la Ville apaisée, Manu Reynaud, et la vice-présidente aux mobilités actives, Julie Frêche, à souhaiter cette limitation.

Cette décision s’appuie sur le constat que dans les 200 villes qui limitent la vitesse à 30 km / heure, comme Grenoble, Lille ou encore Nantes, les accidents mortels diminuent de 70 %. Elle est notamment le corollaire du Plan Vélo, qui incite les Montpelliérains à utiliser leur vélo plutôt que leur voiture, à la fois pour éviter la pollution par l’émission de CO2 et pour désengorger les rues. La Métropole, menée par Michaël Delafosse, facilite également l’accès aux mobilités douces, comme le tramway. Actuellement gratuit le week-end, sa gratuité sera totale pour les jeunes et les seniors habitant la métropole de Montpellier dès septembre 2021, en attendant la gratuité totale pour tous les publics d’ici 2023.

Petit rappel de sécurité routière par Julie Frêche sur sa page Facebook  : « il faut 28 mètres pour éviter un choc à 50 km/h et 14 mètres à 30 km/h, c’est 14 mètres de freinage de différence (soit la longueur d’un bus). Cette distance de sécurité gagnée en ville est très importante pour lutter contre les violences routières. Le 30km/h permet de mieux faire cohabiter les modes de déplacement entre eux (il permet d’autoriser les double sens cyclables), d’encourager les modes plus respectueux de l’environnement, donc de réduire la circulation automobile et la pollution liée à son trafic. Le 30 km/h améliore la sécurité routière en particulier pour les personnes les plus fragiles : personnes âgées, personnes avec poussette, personnes handicapées. Cet abaissement de la vitesse de circulation aura également une incidence sur les temps de parcours calculés. Ils ne seront plus calculés à 50 km/h mais à 30 km h, il y a 20 % de temps en plus, ce qui fait que c’est moins rentable de passer par les petites rues, donc les GPS reportent la circulation sur les grands axes ou à l’extérieur de la ville, où la vitesse est plus importante ».

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité