Montpellier : le futur Stade Louis-Nicollin (MHSC) prévu pour 2022

Par |
Philippe Saurel (président de M3M), Laurent Nicollin (président du MHSC) et Olivier Nicollin (président du groupe Nicollin). © M3M

Le futur stade Louis-Nicollin va naître au cœur du néoquartier Cambacérès, fruit d’une coopération entre secteurs public et privé (qui ne sera pas un PPP) au sein d'une SEM dédiée, et par la création d'une SA pour la construction et l'exploitation du stade de 30.000 places et de son complexe. Le projet représente 20.000 m2 de surfaces exploitables. L’opération est estimée à 150 M€ pour une inauguration en 2022.

Le timing est parfait, en mondial russe… Philippe Saurel (M3M), Laurent Nicollin (président du MHSC), Olivier Nicollin (président du groupe Nicollin) et Christophe Perez (SERM/SA3M) ont annoncé, le 5 juillet 2018, les contours juridiques et économiques du projet de futur stade qui prendra place au cœur du nouveau quartier Cambacérès. 

Une SEM dédiée et une SA

Géré par une société anonyme, le capital du stade Louis-Nicollin sera issu des deux actionnaires principaux : le groupe Nicollin et le MHSC (dirigés par Olivier et Laurent Nicollin) et ses partenaires (ils seront majoritaires au capital de la société à 65%), et la Ville et la Métropole de Montpellier (regroupées au sein d’une SEM avec leurs partenaires). Celles-ci assureront le pilotage du projet et conserveront une minorité de blocage. Christophe Perez, directeur de la SERM-SA3M, a estimé que la part de fonds propres à mobiliser pour ce projet était d’environ 30% du coût estimé, soit une soixantaine de millions d’euros. Le solde sera financé par l’emprunt. Des partenaires et des banques se sont déjà manifestés pour participer au projet, a indiqué le président de la Métropole, sans pour autant citer de noms. Pour  permettre sa viabilité, l’équipement sportif comptera 20.000 m2 de surfaces exploitables économiquement. Pour assurer la viabilité du concept, le groupe Nicollin bénéficiera de surfaces économiques connexes (boutique du club, espaces de restauration, loges, espaces VIP exploitables hors matchs…). 

Un incubateur et des services économiques

Des services économiques seront installés autour d’un incubateur qui travaillera en lien étroit avec la halle French Tech prévue sur le quartier Cambacérès (lire l’article HJE en ligne), un e-center et un espace dédié à la pratique du e-sport. Des boutiques (dont une boutique du club), des restaurants, des salles de spectacles, de sports, un espace dédié au e-sport, de l’hôtellerie, et le très attendu musée des sports de Louis Nicollin, renforceront l’attractivité du site. Le concours de maîtrise d’œuvre et le choix du projet final seront lancés en 2019, pour une mise en service du nouveau pôle sportif en 2022.

 

Parmi les projets induits par la réalisation du nouveau stade

  • La ligne 1 de tramway sera prolongée d’Odysseum à la nouvelle gare Sud de France – pour un coût prévisionnel de 40 M€ – et desservira le futur stade.
  • Un nouveau palais des sports pour l’équipe du MHB (handball) et le BLMA (basket féminin), annoncé le 7 juin dernier, dont le financement prévu est de l’ordre de 50 M€, jouxtera le futur stade (voir plan).
  • Un stationnement est prévu sous le stade, et le pôle sportif bénéficiera de la proximité de parkings existants – du centre ludique et commercial Odysseum notamment.
  • Le stade de la Mosson – stade actuel du Montpellier Hérault Sport Club, MHSC – devrait pour partie devenir un hôtel d’entreprises avec la création de plateaux pour accueillir les  » jeunes pousses » .

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.