Modernisation de la station de traitement Maera (Lattes) : l’avis de l’Autorité environnementale

Par |
Montpellier-3M-station-maera
© M3M

La station d’épuration des eaux usées Maera, située sur la commune de Lattes, concernée par la loi littoral, dessert 19 communes de l’aire urbaine de Montpellier. Sa modernisation a pour objectif d’augmenter sa capacité (passage de 470 000 à 660 000 équivalents habitants) et d’améliorer la gestion des effluents en temps de pluie en adaptant la capacité de traitement et d’évacuation de la station par son émissaire en mer. L'Autorité environnementale vient d'émettre ses préconisations…

En séance du mercredi 23 janvier 2019, l’Autorité environnementale (AE : Conseil général de l’environnement et du développement durable) a délibéré sur deux projets, dont celui de la modernisation de la station de traitement des eaux usées (STEU) de Maera.

Une étude d’impact complète à actualiser

Sa modernisation a pour objectif d’augmenter sa capacité et d’améliorer la gestion des effluents. L’AE précise :  » Cette modernisation est complétée par certains investissements sur le réseau d’assainissement sans que ceux-ci ne s’inscrivent dans un schéma directeur, qui présenterait un intérêt d’autant plus grand que le réseau chevauche les périmètres administratifs, certaines communes reliées n’étant pas membres de Montpellier Méditerranée Métropole, maître d’ouvrage du projet. L’étude d’impact est complète, dense et très technique. Elle devrait être rendue plus accessible avec un guide de lecture et un glossaire détaillés, ainsi qu’une plus grande mise en relief des enjeux. Elle souffre toutefois d’un défaut d’actualisation « .

L’AE précise par ailleurs, qu’en « visant un objectif de gestion sans débordement de la pluie mensuelle, le projet contribuera, sans qu’une prévision quantitative en soit faite, à améliorer la qualité des cours d’eau, notamment du Lez, et celle des étangs palavasiens, mais n’aura pas d’impact significatif sur le milieu marin ».

La modernisation des installations permet également une réduction des nuisances olfactives. L’AE recommande d’approfondir l’analyse comparative entre les deux scénarios de non-débordement dans le Lez pour une pluie mensuelle ou pour une pluie bimestrielle, permettant de justifier l’option retenue. L’AE recommande aussi de démontrer l’absence de surverse jusqu’à la pluie mensuelle, y compris en saison touristique et quelles que soient les hypothèses concernant les travaux sur le réseau, concrétisant ainsi l’amélioration annoncée de la qualité chimique et bactériologique des eaux du Lez en période pluvieuse. Enfin, l’AE recommande de réaliser une première analyse de risques sur la phase de raccordement des nouvelles installations, démontrant la maîtrise de tous les points de criticité vis-à-vis de l’environnement.

• Plus d’infos sur : www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr

 

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité