« Smart city » philosophie : rien n’est plus intelligent et durable qu’une ville

Par |

Dans le cadre de la mise en valeur de la "smart city" à Montpellier, la JCE de Montpellier organise – avec ses partenaires – une conférence sur ce thème le jeudi 15 juin 2017, en amont de sa Convention nationale, afin de mettre en valeur le savoir-faire de ses partenaires en la matière. Une conférence inspirée par le rapport de Luc Belot.

La thématique retenue pour la convention nationale de la JCE et sa conférence d’ouverture est : « La smart city & le citoyen ». Derrière ce vocable anglophone se dessinent ces « cités intelligentes » qui doivent être des villes vivables et durables. Elles sont fondées sur une gestion intégrée et une gouvernance partagée. Celles-ci doivent faciliter le déploiement des technologies de l’information et de la communication. Pour Montpellier, être une « smart city » encourage une révolution «ouverte» vers une approche globale et durable pour ses citoyens.

Pour étudier les possibilités, Montpellier Méditerranée Métropole a financé plusieurs projets (transport et mobilité, gestion de l’eau et des risques). La métropole a engagé un montant de 4 millions d’euros au cours des trois dernières années. En 2014, la ville de Montpellier a reçu le label Métropole French Tech en raison de son bassin exceptionnel de start-up. Ce label donne à la ville des ressources supplémentaires, nécessaires pour être une « smart city » de demain.

La place du citoyen dans une ville intelligente techno-centrée

Luc Belot (député du Maine-et-Loire) a remis son rapport au Premier ministre en avril 2017. A la lecture de ce document*, on mesure qu’aborder un sujet aussi large que celui de la« smart city » commence souvent par essayer de lui trouver une définition. La littérature spécialisée n’en manque pas. L’exercice est d’autant plus souvent tenté que la traduction française, « ville intelligente », semble encore plus restrictive et techno-centrée. Elle paraît également très éloignée de la diversité des sujets concernés, des solutions envisagées et des outils disponibles. Bien plus inquiétant encore, cette traduction semble écarter encore plus la place essentielle des femmes et des hommes. Alors que les citoyens ne doivent pas être seulement des clients ou des usagers.

La « smart city » est une chance pour les territoires, leurs habitants et leurs entreprises. Construite dans le bon sens, en partant des besoins, la « smart city » peut améliorer les services publics, les rendre plus personnalisés et plus efficients. Or, pour que la « smart city » se développe au profit de tous, il s’agit d’abord de replacer l’usager au cœur de la ville. C’est-à-dire chercher à répondre à ses besoins, et concentrer les efforts à la mise en place d’une « expérience utilisateur » riche, positive et inclusive.

Idéalement, et à long terme, la stratégie « smart city » d’un territoire doit viser à renforcer le pouvoir de tous les acteurs de la ville. Ces derniers doivent être associés plus étroitement à la décision publique pour permettre que la ville profite de toutes les intelligences. En remettant l’habitant, le citoyen, au cœur de la démarche publique et en acceptant de construire cette démarche avec l’ensemble des acteurs volontaires, la ville deviendra alors plus intelligente.

Des principes directeurs pour mettre l’humain au cœur des « smart cities »

Il n’y a rien de plus intelligent et de plus durable qu’une ville ! Trois thématiques se distinguent clairement pour mettre l’humain au cœur des villes intelligentes. Elles peuvent devenir les principes directeurs pour la construction de tous les projets de « smart city ».

Thématique n° 1 : organiser une réelle gouvernance. Chaque structure intercommunale devra se doter d’une structure de gouvernance diversifiée. Elle doit  associer a minima les élus et l’Administration, et plus efficacement l’enseignement supérieur et des acteurs économiques. Ceci pour permettre de sortir des politiques de silo et aller vers une réelle transversalité.
Thématique n° 2 : assurer la souveraineté, éviter la privatisation de la ville. Les enjeux de souveraineté doivent être appropriés à tous les niveaux de décisions. Il faut s’assurer que les territoires gardent la maîtrise de la donnée et des outils. On pense notamment aux applications smartphone et aux logiciels métiers. La standardisation et la réversibilité doivent être des préalables à toute action.
Thématique n° 3 : garantir une ville inclusive. Donner une place à chaque citoyen, sans fracture sociale et numérique. Dans une vraie logique d’empowerment, le citoyen doit être mis au cœur des projets. Pour cela, il faut évoluer d’une approche centrée sur l’usager à une approche centrée sur le citoyen.
La conférence portée par la JCE, organisée le 15 juin 2017 à l’hôtel de ville de Montpellier, devrait apporter quelques réponses et engagements citoyens.
(Source : Jeune Chambre Economique Montpellier)

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité