Montpellier : les premiers budgets, dossiers et décisions des conseils municipal et métropolitain de l’ère Delafosse

Par |
© HJE, Daniel Croci

En conférence de presse ce mercredi 29 juillet, Michaël Delafosse a évoqué les dossiers qui seront présentés en conseil municipal du 30 juillet, et un budget primitif 2020 qui s'établit à plus de 576 M€, dont 361 M€ pour le fonctionnement et 214 M€ en investissement. 95,2 M€ de dépenses d'équipement sont prévues à ce jour. Lors du conseil métropolitain du 31 juillet, la Métropole se dotera d'un budget primitif consolidé 2020 de 1 350 M€, dont 1 135 M€ en opérations réelles (670 M€ en fonctionnement et 680 M€ en investissement).

 


A la Ville

Parmi les annonces : la stabilité des taux d’imposition (pas d’augmentation), la gratuité des transports publics le week-end à partir du 1er septembre pour les habitants de la métropole (comme annoncé en exclu par l’HJE – lire l’article), le lancement des études pour la requalification de l’Ecusson sur l’axe Arceaux / Peyrou / Foch / place des Martyrs de la Résistance, la mise en place d’un nouveau tarif de cantine (0,50 euro) pour les familles à faibles revenus…

Les annonces à retenir

Politique : il n’y aura pas de groupe politique constitué de 2 personnes au conseil municipal, une demande adressée par deux conseillers d’opposition (Ollier et Doulain).  » On ne change pas la règle » a indiqué le maire, Michaël Delafosse.

Changement de DGS : Christian Fina, l’actuel directeur général des services de la Ville et de la Métropole, va accompagner la nouvelle équipe municipale et métropolitaine jusqu’à son prochain remplacement. Une annonce de recrutement va être publiée dans le journal Le Monde très prochainement.

Mise en place du fonds L’Occal : un fonds de soutien pour les associations de commerçants de Montpellier va être créé en coordination avec la Région Occitanie pour un montant de 1 million d’euros (2 € par habitant).

Urbanisme, lancement des études pour le réaménagement de l’axe place des Arceaux / place des Martyrs de la Résistance : la municipalité souhaite engager un programme d’études en vue de la rénovation de l’axe monumental Arceaux/Peyrou/Foch/Martyrs de la Résistance et des espaces urbains associés, et végétalisme la place de la Comédie. « Beaucoup d’argent a été mis jusqu’à présent sur l’extension de notre ville. Je souhaite que nous focalisions désormais notre attention sur l’Ecusson pour rééquilibrer la ville. Les rues Saint-Guilhem et de l’Aiguillerie par exemple racontent l’histoire de Montpellier. Nous voulons faire de l’Ecusson un lieu qualitatif, propre et sûr. Nous allons prolonger d’un an l’aide aux propriétaires de l’Ecusson pour rénover leurs façades », a indiqué Michaël Delafosse.

Urbanisme, architecture, candidature UNESCO pour l’Ecusson. La candidature au patrimoine mondial de l’UNESCO sera proposée par la Ville de Montpellier. Autour de l’emblématique ancienne faculté de médecine, avec le jardin des plantes, la place du Peyrou… la ville ne manque pas d’atouts selon Michaël Delafosse. L’idée est de faire reconnaître Montpellier comme ayant une valeur universelle et exceptionnelle pour l’humanité et de se donner l’occasion d’intensifier le programme de valorisation des monuments, sur la ville et les territoires alentours. M. Bellanger, adjoint au maire délégué au Patrimoine et à l’Ecusson, portera cette candidature. L’objectif visé à travers cette candidature est d’améliorer la qualité de vie des habitants du cœur de ville.

Urbanisme, droit de préemption et Plan de sauvegarde du commerce et de l’artisanat de proximité : des études préalables à l’instauration d’un droit de préemption et d’un périmètre élargi vont être menées pour accompagner et relancer le secteur du commerce de proximité et de l’artisanat du cœur de ville. Ces mesures doivent s’accompagner d’une réflexion précise et d’actions efficaces au sein des « pôles de vie » irriguant l’ensemble des quartiers de la Ville. Le droit de préemption commercial, sur les fonds artisanaux, les fonds de commerce et les baux commerciaux trouve sa place dans ce dispositif comme outil de maintien d’une offre diversifiée du centre-ville mais aussi comme outil de rééquilibrage de la Ville, pour une Ville des proximités. Son objet est de permettre à la collectivité de se substituer à un acquéreur lors de la vente du bail ou du fonds. Il est indépendant, mais peut naturellement être conjugué à la maîtrise des murs commerciaux.

Culture et événements : une programmation estivale va être lancée. Elle sera adaptée strictement aux règles sanitaires, et permettra à la fois aux Montpelliérains ou estivants de bénéficier d’une offre culturelle estivale et aux acteurs culturels locaux frappés par la crise de pouvoir retrouver une partie de leur activité.

Education et soutien scolaire : un soutien scolaire public laïque et gratuit est mis en place à partir de la rentrée scolaire 2020-2021. Puis, progressivement, du soutien scolaire sera dispensé les mercredis et samedis dans les médiathèques et Maisons pour Tous. Le maire dit avoir mesuré, lors du confinement, la difficulté qu’il pouvait y avoir à faire la classe à ses enfants.  


Voir la vidéo d’Ecomnews sur la présentation des budgets primitifs Ville et Métropole de Montpellier

 

 


Temps périscolaires : la nouvelle municipalité a décidé d’assouplir le système actuel de réservation des temps périscolaires pour permettre une réservation à dix jours. Cette mesure permettra aux personnes dont l’agenda de travail varie (commerçants, professions médicales ou libérales, personnes en recherche d’emploi) de ne plus perdre d’argent.

Cantine scolaire : un nouveau tarif réduit à 0,50 euro / le repas pour les familles à faible revenu (barème CAF : 900 euros) sera institué. Jusqu’à présent, le prix d’un repas s’inscrivait dans une fourchette allant de 1,75 euro pour le prix le plus bas à 4,75 euros. La volonté du maire et de son équipe est de garantir à chaque enfant un repas par jour. Ici, ce sont les familles monoparentales avec enfant(s) qui sont soutenues. De plus, un repas végétarien sera proposé une fois par semaine en restauration scolaire.

Fin du projet de Cuisine centrale et étude sur l’organisation de la production alimentaire : une étude (300 000 euros) va être menée sur l’optimisation et l’organisation de la production alimentaire pour la restauration scolaire. Le méga projet de cuisine centrale est ajourné. A la place, de petites unités de production culinaire (UPC) dotées d’un potager seront créées au plus près des acteurs de terrain et des consommateurs, dans une logique d’économie circulaire et de proximité. « L’idée est de mieux travailler à la qualité alimentaire », selon le maire.

Sport pour tous : la Ville instaure un soutien à une première adhésion à une association sportive et culturelle pour la saison 2020-2021. Une enveloppe de 300 000 euros sera dédiée à ce dispositif et l’aide financière octroyée sera fixée à hauteur de 50 € par jeune Montpelliérain, soit 6 000 jeunes accompagnés.



Etats généraux de la Solidarité Montpelliéraine : la Ville souhaite engager une réflexion collective afin d’organiser, en lien avec le CCAS, une mission d’étude et de synthèse des actions concrètes de toutes les associations caritatives de février à juin 2020, en vue de mettre en place les États Généraux de la Solidarité Montpelliéraine.

Contrat Local de Santé (CLS) : engagement de campagne de la nouvelle équipe municipale, la Ville de Montpellier lance l’élaboration d’un Contrat Local de Santé (CLS) avec l’ARS, qui sera signé ultérieurement, afin d’assurer la promotion de la santé des habitants, la prévention, les politiques de soins et l’accompagnement médico-social.

Budget participatif : un budget d’investissement spécifique dédié à des projets directement portés par les citoyens (5% du budget d’investissement des conseils de quartiers, soit 2 millions d’euros en 2020) sera mis en place. « Nous allons valoriser les initiatives citoyennes », a assuré le maire.

SOS Méditerranée : le nouveau conseil municipal apporte son aide à hauteur de 15 000 euros à l’association SOS Méditerranée, qui vient au secours des migrants. 

Bien-être animal et Lunaret : dans le cadre du développement du parc de Lunaret, un vaste projet de requalification s’articule autour de 4 grands axes : l’élargissement des partenariats pédagogiques, le renforcement des partenariats scientifiques, l’élargissement des partenariats avec des organisations non gouvernementales, un partenariat fort avec le futur centre de soin de la faune sauvage qui sera créé sur le territoire, avec une synergie de moyens et une mutualisation des actions pédagogiques.

 


Le budget

Le projet de budget 2020 est organisé autour de 4 axes : la priorité aux écoles et aux enfants, une ville verte et plus résiliente, une ville propre et sûre ; et une mobilisation pour l’épanouissement de chacun. La stabilité des taux est prévue pour 2020. Pour rappel, avec la suppression de la taxe d’habitation, seuls les taux d’imposition de la taxe foncière bâtie (taux TFB : 31,38 %) et de la taxe foncière non bâtie sont votés (taux TFNB : 112,71 %). 

La priorité aux écoles et aux enfants

Les crédits consacrés aux écoles et aux enfants constituent le premier poste du budget de la Ville de Montpellier en 2020. Sur un total de crédits réels 2020 (fonctionnement et investissement) prévus à hauteur de 461,4 M€ (hors reports 2019 et reprises de résultat), 139,9M€ seront consacrés à cette thématique, dont 30,1 M€ pour la petite enfance et 108,6 M€ pour la réussite éducative et la restauration scolaire. A ce stade, 17,6 M€ de crédits de paiement sont prévus au titre des opérations pluriannuelles en matière d’écoles et d’enfance, auxquels s’ajoutent 6,8 M€ de reports de l’année 2019. Ces investissements importants visent à répondre aux enjeux d’augmentation des effectifs et de qualité d’accueil pour les élèves.



Vers une ville plus verte et plus résiliente

L’objectif de Michaël Delafosse et de son équipe est de végétaliser et rafraîchir la ville. Cela passe notamment par l’association des Montpelliérains à la végétalisation de la ville via le plan pour la plantation d’arbres, qui mobilise 100 000 € de crédits de fonctionnement en 2020. 2,3 M€ de crédits d’investissements hors programme seront consacrés aux espaces verts et à la biodiversité urbaine, dont 1,9 M€ destinés aux travaux dans les espaces verts (parcs, jardins collectifs, aires de jeux…) et à la plantation d’arbres et d’arbustes. Le budget 2020 comprend une enveloppe de 3 M€ consacrée aux opérations visant à répondre à l’urgence climatique. Montpellier se dote ainsi d’un outil de politique publique destiné à répondre aux défis climatiques et à agir en vue de l’économie décarbonée et de la résilience urbaine.

Une ville propre et sûre

Afin d’assurer la sécurité des Montpelliérains, il est prévu de renforcer les moyens d’actions de la police municipale et de sécuriser les bâtiments. Pour cela, 0,7 million d’euros serviront à réaliser des travaux de mise en sécurité des établissements scolaires ou accueillant de jeunes enfants, 0,2 million d’euros serviront à étendre le dispositif de vidéoprotection et de vidéoverbalisation de la ville. En effet, les 285 caméras de la Ville (dont 55 installées depuis le début du mandat) seront complétées par 18 nouveaux équipements installés dans les quartiers Figuerolles, Boutonnet et Ecusson ; de plus, la Ville a lancé un processus de mutualisation des caméras du réseau de la TAM et disposera au total de 700 caméras sur son territoire.

La Ville de Montpellier va réaliser des interventions visant à assurer l’hygiène et la salubrité de son territoire. Dans le cadre de la crise du Covid-19, la Ville de Montpellier a inscrit les crédits nécessaires à la protection de ses concitoyens (acquisition de produits sanitaires pour un coût de 1,4 M€, acquisition de masques et visières de protection pour un coût de 0,1 M€, marquage au sol des bâtiments municipaux afin d’assurer le respect de gestes barrières, et renforcement du nettoyage des locaux ; notamment la désinfection régulière des locaux scolaires, pour un coût estimé à 0,4 M€ en 2020). Les actions conduites par la Ville en matière de propreté comprennent également la lutte contre les graffitis et l’affichage sauvage et les actions d’hygiène et de salubrité. Est ainsi prévu en 2020 un budget de 1,1 M€ pour la lutte anti-tags et de 0,7 M€ en matière d’hygiène et de salubrité.

Mobilisation pour l’épanouissement de chacun

La Ville de Montpellier va investir 0,5 million d’euros dans la mise en sécurité et conservation du patrimoine historique. Concernant le sport, 3,4 millions d’euros vont être investis dans la rénovation et réhabilitation de terrain, dans l’aménagement, les travaux et les acquisitions d’installations sportives.

Enfin, concernant la vie associative, les 23 Maisons pour tous sont des lieux privilégiés de proximité pour les Montpelliérains, à la fois espaces d’accueil et d’information mais aussi de loisirs et de culture. 0,6 million d’euros d’euros de crédits de paiement sont ainsi prévus pour les travaux à la Maison pour tous Rosa-Parks. A ces crédits s’ajoutent 0,1 million d’euros de frais d’études préalables à des travaux de sécurité pour la Maison pour Tous Albertine-Sarrasin.



A la métropole

Le budget primitif consolidé 2020, qui sera présenté le 31 juillet, s’élève à un total de 1 350 millions d’euros, dont 1 135 M€ en opérations réelles (avec reports et résultats antérieurs reportés), dont 670 M€ en fonctionnement, et 680 M€ en investissement. L’environnement sera le 1er poste budgétaire (22% du BP 2020)

Ce budget d’exécution sera affiné lors d’un prochain budget modificatif. C’est une première étape pour déployer un plan d’action sur le mandat avec 7 grandes orientations :

  • Soutenir les associations en 2020 (55 % culture, 19 % sports, 16 % développement économique, 3 % transports et 7 % pour d’autres types d’associations)
  • Construire un bouclier social avec 0 % d’augmentation des taux d’imposition des ménages
  • Dégrever de 66 % de CFE les entreprises du secteur touristique pour 2020
  • Instaurer une dotation de solidarité communautaire et des fonds de concours pour les communes
  • La gratuité des transports publics pour les habitants de la métropole les week-ends à partir du 1er septembre (coût entre 1,5 M€ et 1,8 M€ sur le budget 2020).
  • L’inscription de 296 M€ de dépenses d’équipements consolidées en 2020
  • La création d’une autorisation de programme « Mobilités Actives » de 150 M€.
  • La mise en place d’un fonds de garantie des congrès qui viendrait pallier financièrement les engagements pris pour l’organisation de congrès et d’événements qui ne pourraient finalement pas avoir lieu en raison du Covid. Il s’agit de sécuriser les acteurs de l’événementiel et les organisateurs d’événements.

Parmi les annonces : l’ajournement du projet de grande cuisine centrale (voir plus haut), la mise en place du fonds L’Occal avec la Région pour soutenir le commerce de proximité, et du fonds de garantie pour les acteurs de l’événementiel. Une cellule de coordination de l’ensemble des acteurs économiques va être également lancée pour répondre à la problématique de soutien à l’emploi… « Nous allons suivre au plus près les filières pour les aider chaque fois que ce sera nécessaire », a assuré le maire-président.

La gratuité des transports urbains pour les habitants de la Métropole

Une première étape est mise en place dès le 1er septembre prochain avec la mise en œuvre de la gratuité des tram et bus le week-end (samedi et dimanche) pour les habitants de Montpellier Méditerranée Métropole. La seconde étape concernera une gratuité par tranches d’âge. La troisième phase – à mi-mandat, assure le maire-président – instaurant la gratuité pour tous les habitants de la métropole tous les jours de la semaine.

 

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité