Municipales : Mohed Altrad veut un plan de relance de 1,135 milliard d’euros pour Montpellier

Par |
De g. à dr. : Clothilde Ollier, Mohed Altrad et Alenka Doulain (absent sur la photo et excusé Rémi Gaillard) composent la liste commune "Cœur, Ecologie, Démocratie".

Si la victoire est au bout, le 28 juin prochain, la liste "Cœur, Ecologie, Démocratie" conduite par Mohed Altrad prévoit la mise en place d'un plan de relance de plus de 1 milliard d'euros pour redynamiser la ville de Montpellier. Ce plan de relance s'appuierait sur 3 piliers : un fonds public de relance économique, la création d'un bouclier sanitaire et l'instauration d'un soutien municipal d'urgence pour les familles les plus impactées par la crise du Covid. Les détails de ce plan…

« Le coût de l’inaction est énorme. » C’est ainsi que Mohed Altrad a débuté sa présentation du Plan de relance que sa liste Cœur, Ecologie, Démocratie (Altrad, Doulain, Ollier, Gaillard) veut mettre en place rapidement pour sauvegarder et développer l’économie et l’emploi, et aider les familles les plus touchées par la crise du Covid-19 à faire face à leurs échéances.

« Ce Plan de relance de 1,135 milliard d’euros est un chiffre très important, mais nous sommes audacieux, optimistes et animés par la volonté de réussir » a indiqué l’emblématique chef d’entreprise candidat aux municipales de Montpellier. Avec un engagement clair : « sauver ou développer l’emploi ». Le plan comprendra 3 piliers, trois actions menées de front : le lancement d’un fonds public de relance économique, la création d’un bouclier sanitaire et l’instauration d’un soutien municipal d’urgence aux familles les plus en détresse. « Ce projet sera notre arme antichômage, antimisère et antipauvreté » a insisté Mohed Altrad. 

1 milliard pour le fonds public de relance économique

1 milliard d’euros serait consacré à la relance économique et concerne directement les commerçants, les artisans et les acteurs du bâtiment, de la viticulture, de la santé, du tourisme, de l’écologie, du numérique, des énergies renouvelables ou encore de l’économie circulaire et la silver économie. Avec une stratégie développée spécifiquement pour les filières de la transition écologique. La structure porteuse du fonds serait une SEM (Société d’économie mixte) et un critère serait central dans l’attribution des aides : la défense de l’emploi. Pour l’obtention des aides, un business plan serait exigé et devrait être respecté. Si besoin, les chefs d’entreprise seraient formés à la gestion, et une charte éthique et déontologique (maîtrise de la rémunération des dirigeants, politique RH, critères environnementaux, sollicitation de prestataires locaux…) baliserait l’utilisation de ce fonds. « Nous serons très vigilants sur ce sujet » a-t-il ajouté. Les aides prendront plusieurs formes : investissement en fonds propres dans le capital des entreprises attribués par un comité d’investissement indépendant, prêts, acquisitions foncières, prise en charge de loyers, acquisitions de locaux commerciaux pour les mettre à disposition sous forme de prêt…  Cet outil complétera les avances remboursables et les garanties bancaires déjà proposées par les dispositifs nationaux et régionaux. « Ce sera en plus » a souligné Mohed Altrad. Concernant la question du financement de ce fonds, un « mécanisme vertueux » serait instauré, appelant un financement de 4 entités : l’Europe, l’Etat, la Métropole et les secteurs économique et bancaire. Chacun participant à 25 % (soit 250 millions d’euros) du montant global. Concernant la Métropole, ce serait via un emprunt. « Nous mobiliserons ce fonds par tranches de 250 millions d’euros, celle apportée par la métropole étant la première sollicitée, les autres prenant le relais sur les deux ans à venir ». Concernant l’Europe : « Il y a de l’argent, il faut savoir aller le chercher… Nous irons à Bruxelles. Il faut savoir sortir des frontières de Montpellier et de la métropole ». Le poids du chef d’entreprise international semble en tout cas donner de l’assurance à cette déclaration d’intention.

Un bouclier sanitaire doté de 100 M€

C’est le deuxième pilier du plan de relance présenté par la liste. Il doit servir à moderniser le CHU dès les deux premières années du mandat, à ouvrir des maisons de santé dans les quartiers de la ville pour faciliter l’accès aux soins, et à soutenir les Ehpad. 50 M€ seraient débloqués au plus vite pour le CHU grâce à un emprunt de la Métropole en complémentarité du Plan Santé porté par l’Etat. 50 M€ supplémentaires seraient débloqués en 2021-2022 et financés par un autre emprunt métropolitain.

35 M€ pour un soutien d’urgence aux familles et au secteur associatif et culturel

« Avant la crise, nous dénombrions 26 % de foyers montpelliérains vivant en dessous du seuil de pauvreté et 21 % de la population en recherche d’emploi, soit de 30 à 40 000 demandeurs d’emploi. Un chiffre qui va s’aggraver avec la crise ; et nous savons qu’à Montpellier, 56 000 familles sont en situation de fragilité ». Mohed Altrad justifie ainsi une aide immédiate de 1 000 euros apportée aux familles les plus impactées par la crise du Covid. Elle serait attribuée aux foyers se situant en dessous du seuil de pauvreté, pour des résidents présents à Montpellier depuis plus de deux années consécutives (2018-2019) ; et pour les foyers dont les revenus ont baissé de 30 %. La période prise en compte s’étendrait entre mars et septembre 2020. L’aide pourrait être reconductible. La gestion serait assurée par le CCAS. Montant estimé de l’aide : 25 M€. La liste veut également soutenir le secteur associatif social et culturel. Les subventions seraient doublées pour les associations identifiées comme ayant un rôle social et sociétal majeur. Montant global de l’aide : 10 M€.

Mais avec quel financement ? « Le fonctionnement de la Ville et de la Métropole, c’est très important… Croyez-vous que nous ne pouvons pas trouver 35 M€ d’économies pour financer ce soutien d’urgence, notamment sur le budget communication ? ». Il s’agit d’un soutien exceptionnel lié à la crise du Covid, la liste travaillant également sur un plan pérenne d’accompagnement social sur l’ensemble du mandat.

Mohed Altrad s’est engagé à ne pas toucher à la « masse salariale de la collectivité, ni au taux des impôts à venir. Ils ne seront pas augmentés sur toute la durée du mandat avec un financement garanti du Plan à fiscalité constante ». Une fois élu, il devrait procéder à une réduction de 10 % des indemnités des élus.


Les phrases entre les lignes

Pas d’augmentation d’impôts durant le mandat à venir. En cas d’élection, Mohed Altrad s’est engagé à ne pas augmenter les impôts de la Ville sur la totalité du mandat.

Programme à venir. « Un programme de 4 pages résumant le programme de la liste sera distribué dès demain » (samedi 13 juin).

Mohed Altrad : « Ce plan est quelque chose d’audacieux, tourné vers l’avenir ». Il a ainsi interpellé les autres candidats en lice : « ils parlent du présent, de l’avenir », en résumant le mandat de Philippe Saurel et des participations aux majorités municipales de Michael Delafosse : « Mais qu’ont ils fait dans le passé ? »

Rugby : « Si victoire il y a le 28 juin, je cesserai d’être président du MHR, il y aurait conflit d’intérêts. Mais le club continuera. Si je perds, je continue comme avant ».

Urbanisme : « Les acteurs de l’immobilier ne doivent pas s’inquiéter, nous lancerons un vaste plan de rénovation ».

Sécurité : “Cette métropole est l’une des moins sûres de France (…) Les policiers ? Il n’y a pas d’écoute. Comment veut-on qu’ils soient respectés ? Nous les recevrons et nous les écouterons“.

Clotilde Ollier : « Nous voulons faire de Montpellier la San Francisco de la France ». 

Pas de COM.  Le Contournement Ouest Montpellier ne se fera pas si la liste conduite par Mohed Altrad est élue. Clotilde Ollier explique :  » On ne peut faire de l’écologie à moitié. Nous mettrons en place des mesures pour permettre aux gens de se déplacer autrement, pour arrêter de polluer… Montpellier est une des villes de sa strate les plus polluées de France. Le GIEC nous donne dix ans pour changer les choses. Nous voulons faire de Montpellier la capitale française de l’écologie ». Concernant l’engorgement et les bouchons créés par l’arrivée de l’A75 : « Nous travaillerons avec la Métropole. Il y a moyen de changer les choses pour arrêter de polluer cette ville et cette métropole. »


Les programmes des autres candidats à Montpellier

Pour être exhaustif dans votre information politique sur ces municipales montpelliéraines, nous vous invitons à suivre l’actualité et les programmes des autres listes en lice (par ordre alphabétique).

• Liste Montpellier unie conduite par Michael Delafosse : toutes les infos, ses projets et son programme sont répertoriés sur www.delafosse-2020.fr/

• Liste “Montpellier la Citoyenne” conduite par Philippe Saurel : consulter le programme, ses engagements pour Montpellier et suivre son actualité : www.philippesaurel2020.fr.

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité