Tourisme : Palavas-les-Flots opte pour les analyses Flux Vision

Par |
©HJE2016 D Croci

Analyse des flux touristiques. C’est une première pour une station balnéaire. La commune littorale fait appel au système Flux Vision développé par Orange pour analyser les flux de visiteurs, déjà testé avec succès dans les stations de ski.

C’est à l’occasion de l’Orange Business Tour 2016, qui s’est tenu à La Grande- Motte le 17 novembre dernier, que la connexion s’est établie. Avec ses plages, ses campings, le futur hôtel Coste, le Phare de la Méditerranée, le canal, la gastronomie locale, sans oublier la touche environnementale que représentent le label Natura 2000 pour ses étangs et très prochainement un label Natura 2000 Mer, et la réserve marine lancée par la ville et la prud’homie des pêcheurs (l’arrêté du cantonnement en mer a été signé par la ministre de l’Environnement)… Palavas-les-Flots séduit les touristes. Elle s’est bâti au fil des décennies une notoriété qui ne se dément pas, malgré la mutation des attentes en matière de tourisme. « Qui sont réellement les clients de la station ? », a demandé l’Hérault Juridique à Thierry Rolland, DGS de la station littorale… Le service Flux Vision d’Orange vient de rendre son « livrable », que la station doit s’approprier. Le recours à ce concept constitue une première pour les stations balnéaires françaises.

4 millions de données chaque minute

Michel Bertrand, ingénieur commercial en charge de l’offre Flux Vision Station balnéaire, explique : « Ce système permet de convertir chaque minute 4 millions de données mobiles à partir des smartphones en indicateurs statistiques pour mesurer la fréquentation d’une zone géographique et le déplacement des populations. C’est un outil qui permet aux communes de renforcer l’attractivité de leur territoire, d’améliorer l’offre de services, de doper leur efficacité marketing et d’augmenter l’impact de leurs événements ». La méthode est anonymée et en conformité avec la CNIL. « Aucune donnée personnelle (nom, adresse… ) n’est transmise, ce qui n’intéresse d’ailleurs ni Orange ni la commune », explique l’ingénieur. Pour Palavas-les- Flots, les mesures portent sur les quatre mois de la période estivale 2016, avec une restitution durant la semaine 47. Pourquoi un Flux Vision Station balnéaire ? « Orange a d’abord lancé une offre pour les stations de ski qui a connu un franc succès. Nous avons décidé de décliner cette offre pour le littoral. Nous travaillons également sur une offre « Campagnes » pour des villes comme Millau ou Mende, qui accueillent également des touristes et connaissent des problématiques d’analyse des flux touristiques. Mais nous pouvons également travailler sur des événements sportifs ou sur une simple rue, dans le cadre de futurs travaux par exemple ou pour le commerce, afin de définir une zone de chalandise avant l’implantation de commerces ou de zones commerciales » précise l’ingénieur d’Orange.

Selon Thierry Rolland, directeur général des services de Palavas-les-Flots : « Comprendre grâce aux nouvelles technologies les flux touristiques sur la station, pour renforcer la qualité d’accueil et de service dans le temps, est aujourd’hui la priorité ».

 

Le choix de Flux Vision pour la station de Palavas : les explications de Thierry Rolland, directeur général des services de Palavas-les-Flots…

 

HJE : Thierry Rolland, pourquoi cette démarche ?

T. R. : « Nous sommes une commune touristique qui pèse au sens de l’Insee à peu près 7 000 habitants, au titre de la DGF 10 000 habitants, et qui est surclassée de 20 à 40 000 habitants. La capacité d’hébergement de la ville est en réalité de 50 000 habitants. Les flux de tourisme de proximité (dans un rayon de 150 à 200 kilomètres de la ville) peuvent générer une présence de 100 000 à 150 000 personnes sur le territoire communal à un instant T. C’est une ville qui fait l’accordéon en permanence. Il faut pour cela des services et une structuration qui permettent d’atteindre le maximum de la capacité d’accueil en termes d’eau, d’assainissement, de numérique, de WiFi, de sécurité, de propreté, d’équipement et de dynamisme… »

Quels en sont les enjeux ?

« Palavas fait aujourd’hui partie des 174 communes touristiques classées station de tourisme, contre 500 à 600 avant la réforme du code du Tourisme et les nouvelles dispositions existantes. Notre Office de Tourisme fait partie des 46 classées première catégorie en France. Nous jouons dans la cour des grands comme Paris, Lyon ou Bordeaux… Il faut de nouveaux outils. Le numérique est aujourd’hui un élément essentiel d’abord de la connaissance du territoire et d’autre part des services qui y sont associés. Un utilisateur de téléphonie sur deux a un smartphone. Compte tenu de la jeunesse de la population que nous accueillons, c’est quasiment 70 à 80 % de notre clientèle qui a un smartphone. »

Qu’attendez-vous de ces analyses ?

« Pour des stations comme la nôtre, il ne faut plus parler de périodes de vacances, parce que le tourisme s’exerce tout au long de l’année. Il ne faut également plus parler d’usagers mais de clients. Je suis en quelque sorte directeur d’une entreprise de service public, sans qu’il y ait rien de choquant à l’affirmer. Et comme toute entreprise, il faut connaître ses clients. Je n’ai pas d’idée préconçue pour ce diagnostic. Palavas-les-Flots est une station touristique familiale, mais pas que ça. Nous avons aujourd’hui des demandes de congressistes pour le Phare de la Méditerranée, qui génère des congrès toute l’année. Pourquoi Palavas ? Parce qu’il y a en réalité une notoriété, une attractivité et une authenticité. J’attends de Flux Vision une réalité à un instant T. Le but du jeu, tant pour Orange que pour nous, sera de répéter l’opération pour savoir s’il y a une récurrence dans les diagnostics. »

Avec des points d’analyse spécifiques ?

« Notre demande porte une spécificité : l’analyse des flux en provenance de l’aéroport Montpellier Méditerranée. Nous souhaitons savoir si les passagers sont venus directement à Palavas depuis cette infrastructure et quelle est la part captive de la ville… ce que je ne sais pas mesurer aujourd’hui. Nous souhaitons savoir pourquoi un client a choisi notre station, par quel moyen il est venu, combien de temps il est resté, s’il est parti et revenu, quels services publics il a consommés. Bref, son comportement touristique. Les pourvoyeurs de réseaux sociaux ont bien compris cela. Il serait déraisonnable qu’une collectivité n’utilise pas des outils modernes et performants à des coûts très raisonnables. »

A quel prix ?

« La première étude oscille entre 5 000 et 7 000 euros pour un rendu clés en main, ce qui est quatre fois moins cher qu’un sondage d’opinion. Lancer une étude de notoriété et de satisfaction coûterait une fortune pour une analyse partielle, basée d’ailleurs sur le volontariat des clients qui veulent bien répondre. Mais connaître par exemple le pays d’origine de nos clients est fondamental. Avec une incidence pour l’Office de Tourisme par les langues parlées qu’il doit savoir intégrer. Anglais, espagnol, oui, bien sûr… Pourtant, des études préalables montrent que nos clients ne sont pas espagnols mais plutôt italiens, allemands ou hollandais. Dans quelles proportions ? C’est ce que proposent les « data analytics ». Ce diagnostic doit permettre aussi de nous caler sur le plan de développement touristique de l’aéroport Montpellier Méditerranée. Il faut que l’on aille tous dans le même sens. C’est l’ensemble du territoire qu’il faut défendre, dans un contexte de forte concurrence touristique internationale. »

Propos recueillis par Daniel CROCI

 

Le tour des innovations numériques d’Orange au Pasino de La Grande-Motte

L’opérateur de télécommunications et d’internet est aussi un acteur majeur dans le domaine de la dématérialisation, de la sécurité, des infrastructures au sens cloud computing du terme, des applications, de l’IoT… Une longue série de services et d’équipements simplifiant la vie mais de plus en plus complexe à appréhender dans sa globalité. C’est tout le sens du 7e Orange Business Tour (2016), conçu en 11 dates-étapes à travers la France, qui est passé par le Pasino de La Grande-Motte le 17 novembre dernier.

L’opérateur avait donné rendez-vous à ses utilisateurs professionnels pour leur présenter en 29 stands-ateliers les dernières évolutions en matière de produits et de services appliqués à l’innovation en entreprises et dans les collectivités. Des ateliers étaient développés autour de 5 thématiques : Faire le bon choix pour mes infrastructures réseau et cloud / Mieux protéger monentreprise / Booster mon efficacité en mobilité (nomadisme) / Gagner en productivité avec de nouveaux services / Stimuler la collaboration entre mes équipes… Trois conférences sur la relation digitale 360 °, la mobilité des salariés, la connectivité  et le cloud ont complété cet événement. Laurent Sicart, directeur Entreprises Orange Sud-Ouest Méditerranée, a confirmé que l’an prochain, l’Orange Business Tour passerait par Toulouse, la règle de l’alternance entre Montpellier et la « ville rose » étant de rigueur en Occitanie pour la tenue de cet événement. Stéphan Rossignol, maire de la station balnéaire, a confirmé en ouverture de cet événement que l’an prochain, La Grande-Motte serait équipée du WiFi gratuit sur l’ensemble de la commune. (DC)

 

©HJE2016 D Croci

Focus sur l’Orange Business Tour 2016…

 

• Commerce et publicité : Jacare, pour un affichage dynamique ciblé et réactualisé en temps réel
La solution Jacare Technologies permet d’identifier en temps réel, grâce à un système de caméra sur un panneau d’affichage digital, le nombre de personnes qui regardent un écran publicitaire ou d’information, leur sexe, leur tranche d’âge, leur temps d’attente et leur distance par rapport à l’écran. Ces informations sont remontées en temps réel sur un tableau de bord mis à la disposition des annonceurs. Ils peuvent ainsi savoir avec exactitude l’intérêt que les consommateurs portent à une annonce présentée sur un écran interactif et diffuser en temps réel le bon message à une audience qualifiée. La solution est conforme aux recommandations de la CNIL sur l’anonymat des données. Des solutions similaires, appliquées aux portiques lumineux d’entrées de voies rapides et de villes, commencent à se diffuser de par le monde.

• Une aire d’autoroute pilote très connectée
Sur l’A10, l’aire de Boutroux, au sud de Paris, fait l’objet d’une expérimentation grandeur nature pour laquelle Orange a déployé des capteurs et des indicateurs sur un certain nombre de cas d’usages et d’équipements. Ils permettent de mesurer et piloter en temps réel la présence de véhicules sur les parkings, les voitures ou camions ventouses, les niveaux de déchets dans les poubelles, la distribution d’eau et d’électricité, les consommables (papier et savon), les alertes techniques, l’ouverture d’accès sécurisés, la température de la chaussée… Testée sur un an, cette expérimentation qui s’appuie sur le réseau Lora© a débuté en juillet 2016. Elle pourrait donner lieu à la généralisation de cette surveillance à distance et totalement connectée. Des services utiles tant pour le gestionnaire d’autoroute, qui peut ainsi déclencher des opérations d’intervention de propreté ou de sécurité, que pour les automobilistes, qui pourront connaître à terme, depuis leur véhicule, les services proposés sur l’aire et son accessibilité.

• Orange poursuit le déploiement de son réseau LoRa® en France
D’ici à la fin du mois de janvier 2017, le réseau couvrira 120 agglomérations de plus de 50 000 habitants – soit environ 2 600 communes – en offrant une connectivité extérieure, mais également à l’intérieur des bâtiments (Indoor). Au-delà de la connectivité adaptée à l’internet des objets, Orange propose sa gamme de services Datavenue (collecte, traitement, restitution des données issues des objets et capteurs). L’opérateur entend réaliser 600 millions d’euros de revenus d’ici à 2018, dans le secteur de l’internet des objets. (DC)

 

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité